Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ambassadrice suisse Sabrina Dallafior a réussi à trouver un consensus auprès des Etats membres pour rendre opérationnels cinq organes subsidiaires et faire avancer la Conférence du désarmement (archives).

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

La présidence suisse de la Conférence du désarmement à Genève a arraché une avancée pour cette entité divisée depuis plus de 20 ans. La responsabilité des cinq organes subsidiaires et le calendrier ont été attribués dans une décision validée mardi.

"C'est une nouvelle étape dans la bonne direction pour ramener la Conférence du désarmement vers le travail sur la substance", a affirmé l'ambassadrice suisse Sabrina Dallafior. Elle a mené de nombreuses consultations pour aplanir les divergences depuis le début de sa présidence il y a moins de dix jours.

L'Indonésie sera en charge du groupe sur le désarmement nucléaire, les Pays-Bas dirigeront celui sur la prévention d'un conflit nucléaire et le Brésil pilotera celui sur une course aux armements spatiaux. Les discussions sur la garantie du non-emploi de l'arme nucléaire seront elles présidées par l'Allemagne.

Le cinquième groupe sur les nouveaux types d'armes dangereux pour la sécurité internationale ou sur le programme global de désarmement sera mené par le Bélarus. Tous ces organes, qui vont se réunir dès mai prochain, devront établir des recommandations en août.

Berne saluée par la Chine ou la Russie

"Nous espérons que ce beau moment ne sera pas entaché par des batailles politiques", a dit le représentant chinois. Il a salué le "consensus" obtenu par la Suisse, qui a su selon lui entendre les préoccupations des Etats. La Russie a également souligné le rôle particulier de la présidence.

De nombreux pays ont aussi souligné la contribution des présidences précédentes. Le Sri Lanka avait proposé ces organes subsidiaires, puis la Suède avait identifié cinq coordinateurs.

La Conférence du désarmement a souvent été l'objet d'affrontements récemment sur la péninsule coréenne ou le recours aux armes chimiques, notamment en Syrie ou en Europe. Le fonctionnement par consensus de cette enceinte rend plus difficile l'adoption de décisions.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS