Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Hockey sur glace - La Suisse s'est inclinée 3-2 face au Canada lors de son quatrième match du Championnat du monde à Helsinki. Prochain adversaire: la France samedi.
Les jours se suivent et se ressemblent pour l'équipe de Suisse. Comme la veille face à la Finlande (2-5), elle a livré un match remarquable mais une fois de plus la performance se solde par une défaite.
La sélection helvétique s'était pourtant mise dans les meilleures dispositions en ouvrant le score dès la 2e minute par Damien Brunner, qui récupérait avec succès une passe de Bezina pour son premier but du tournoi. Elle aurait même pu doubler la mise si Rüthemann s'était montré plus adroit devant la cage de Cam Ward (5e). Ce genre d'action allait se répéter plusieurs fois dans le camp canadien, privant ainsi la Suisse d'un voire de plusieurs points.
Certes, la sélection helvétique était dominée dans les duels et perdait une majorité d'engagements. Mais elle savait se montrer dangereuse. Rassurée par un Tobias Stephan très performant, les Suisses ont porté le danger devant Ward. Malheureusement, ils se faisaient surprendre à chaque fois au début des deuxième et troisième périodes d'abord par Tavares, sur un très mauvais dégagement de Wick et Ambühl (21e, 1-1), puis sur un solo d'Eberle (41e, 2-1). Entre ces deux réussites, Roman Wick avait manqué deux réelles chances de but.
Menés, les joueurs helvétiques n'abandonnaient pas. Sur une supériorité numérique, Bezina trouait les filets de Ward (44e). Quelques secondes plus tard, la Suisse perdait Daniel Rubin. L'attaquant de Genève-Servette était frappé en pleine face par un palet. Malgré ces aléas, elle cherchait à reprendre l'avantage. Elle manquait même une occasion en or et, sur le contre, Ryan Getzlaf rappelait qu'il n'était pas champion olympique pour rien en assénant un tir terrible que Stephan ne pouvait retenir (49e). Une nouvelle fois, la Suisse regrettera grandement son manque de réalisme.

ATS