Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le taux d'emploi des immigrés est plus élevé en Suisse que dans les autres pays de l'OCDE, selon une étude publiée mardi. Mais la Suisse peut faire davantage en intégrant mieux dans le monde du travail les femmes avec de jeunes enfants et les migrants humanitaires récemment arrivés dans le pays.

"A de nombreux égards, les politiques d'intégration de la Suisse restent en deçà de celles menées par les autres pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)", écrit cette dernière dans un rapport présenté devant les médias à Berne. Quelques groupes désavantagés courent le risque d'être laissés sur le bord de la route.

Ainsi, les femmes immigrées venant de pays à faible revenu et qui ont de jeunes enfants ne bénéficient pas des mesures d'intégration ciblées et leur participation au marché du travail semble avoir diminué ces dernières années. De même, les migrants humanitaires, récemment arrivés en Suisse, rencontrent des difficultés plus prononcées que par le passé pour trouver du travail.

En marge du marché du travail

Dans l'ensemble, les performances des enfants d'immigrés dans le monde de l'emploi sont bonnes en comparaison internationale, souligne le rapport. Mais ceux dont les parents ont de faibles niveaux d'éducation se retrouvent souvent en marge du marché du travail.

Pour l'OCDE, la Suisse devrait leur offrir dès l'âge de trois ans un enseignement à la fois adapté et ciblé, en même temps qu'un apprentissage de la langue. Une telle mesure devrait "s'imposer d'urgence comme une priorité de l'action publique".

Autre recommandation: une meilleure reconnaissance des diplômes étrangers, afin que les migrants en provenance de pays non membres de l'OCDE n'occupent pas un emploi pour lequel ils sont surqualifiés. De même, l'accès à la nationalité suisse doit être facilité, car la naturalisation permet une meilleure intégration. A ce titre, le projet de réforme de la loi sur la citoyenneté va dans le bon sens.

ATS