Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le chef de la diplomatie suisse Didier Burkhalter a proposé à l'émissaire international de l'ONU Kofi Annan d'organiser une conférence sur la Syrie en Suisse. Le site de Genève pour une telle réunion internationale est encore ouvert.

"Nous nous tenons prêts et sommes en contact avec l'équipe de Kofi Annan", a déclaré Didier Burkhalter dans une interview à la "Neue Zürcher Zeitung" publiée jeudi. La date du 30 juin est évoquée. La Suisse soutient la proposition du médiateur Annan en vue de la formation d'un "groupe de contact".

Le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) avait rencontré début juin l'ancien secrétaire général de l'ONU à Genève et l'avait assuré du soutien de la Suisse à son plan de paix pour la Syrie. Lors de cet entretien, il avait dit "combien il était important de ne pas accepter l'impunité", a rappelé M. Burkhalter.

Possibilité déjà évoquée

Une mission de l'ONU en Syrie est censée surveiller le cessez-le-feu entre insurgés et forces de sécurité du président Bachar el-Assad. Mais les observateurs de l'ONU ont suspendu leur mission samedi dernier en raison de l'augmentation des violences.

Depuis mars 2011, le président syrien réprime le mouvement de protestation dans le sang. Selon des organisations des droits de l'homme, plus de 14'000 personnes ont été tuées dans des combats.

La tenue d'une telle conférence en Suisse qui réunirait les cinq membres permanents du Conseil de sécurité (Etats-Unis, Russie, France, Grande-Bretagne et Chine) avait déjà été mentionnée par le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius début juin.

ATS