Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suisse met en garde contre une remise en cause de l'accord sur le nucléaire conclu avec l'Iran d'Hassan Rohani (archives).

KEYSTONE/EPA Presidentcial Office of Iran/

(sda-ats)

La Suisse s'inquiète des "tensions" autour de l'accord sur le nucléaire iranien et appelle les acteurs à honorer leurs obligations. Mercredi à Genève, elle a aussi salué pour la première fois le moratoire sur les essais nucléaires annoncé par la Corée du Nord.

Les parties qui avaient négocié en Suisse l'accord iranien doivent "s'abstenir de toute action allant à son encontre", a estimé l'ambassadrice suisse en charge du désarmement Sabrina Dallafior. L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), par ses vérifications, a montré "le respect des clauses" par Téhéran, a-t-elle ajouté lors de la réunion préparatoire à la conférence de suivi de 2020 du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP).

Le président étasunien Donald Trump a dénoncé à plusieurs reprises un accord qu'il a qualifié mardi encore de "désastre". Et a demandé à l'UE, à la France, à l'Allemagne et à la Grande-Bretagne de durcir les contraintes pour empêcher Téhéran de se doter de l'arme nucléaire.

Venu le convaincre de ne pas quitter ce format le 12 mai comme il le menace, le président français Emmanuel Macron s'est plié aux exigences américaines de chercher un nouvel accord. Alors que la Chine et la Russie proposent aux participants de la réunion de Genève de voter une résolution de soutien aux dispositions actuelles.

Et que l'Iran menace de quitter le TNP en cas de modification. Selon Mme Dallafior, ces "tensions" contribuent à la fragilisation de l'ordre international en terme de désarmement.

Décision suisse sur un traité attendue d'ici août

Autre préoccupation suisse, Berne appelle toutes les parties à respecter le Traité sur sur les forces nucléaires à portée intermédiaire. Des Etats reviennent par ailleurs sur leur engagement en matière de désarmement, déplore-t-elle. Et certains n'ont toujours pas ratifié le Traité d'interdiction des essais nucléaires (TICE).

Sur cette question, Mme Dallafior a salué l'annonce nord-coréenne samedi dernier de la fin de ses propres tests et de ceux de missiles intercontinentaux. Pyongyang a également décidé de la fermeture d'un site où il mettait en oeuvre ses tests d'armes atomiques.

L'ambassadrice suisse a toutefois à nouveau appelé la Corée du Nord à se conformer aux résolutions du Conseil de sécurité à revenir au sein du TNP. A deux jours d'un sommet historique entre les dirigeants des deux Corées, elle a rappelé que la Suisse était prête à faciliter des discussions sur la dénucléarisation de la péninsule.

Plus largement, Berne réitère que le Traité d'interdiction des armes nucléaires, conclu l'année dernière, ne doit pas fragiliser le TNP. Il faut que de telles initiatives le renforcent comme dispositif central "de la non-prolifération et du désarmement nucléaires", a relevé Mme Dallafior. La Suisse, qui avait participé aux discussions, doit encore décider, probablement d'ici août, si elle rejoint ce nouvel accord.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS