Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suisse est tombée sur un os pour son sixième match du Championnat du monde à Copenhague.

La sélection de Patrick Fischer a été dominée par la Suède 5-3. Elle n'aura pas le droit de perdre mardi contre la France si elle veut aller en quarts.

Séduisante même lorsqu'elle a perdu samedi soir contre la Russie, la Suisse est encore une fois redescendue sur terre contre la Suède. L'écart entre le Tre Kronor et l'équipe nationale existe encore bel et bien. Et cet écart se transforme en fossé quand la Suisse se présente comme elle l'a fait durant les 35 premières minutes.

Les Scandinaves n'ont pas abordé cette partie en dilettante. Pressing d'entrée, passes sur la palette, mises en échec appuyées: les Helvètes ont subi et on donné l'impression de redevenir ces "petits Suisses" qui n'osent ou ne peuvent pas aller chatouiller le grand. Le jeu de transition suédois n'est pas loin d'être un modèle du genre avec une vitesse d'exécution qui a mis à mal l'arrière-garde helvétique.

Et ce malgré la présence plutôt rassurante de Roman Josi et de Kevin Fiala, fraîchement débarqués de Nashville dans la matinée. Mais les deux joueurs des Predators ont été intégrés avec parcimonie par Fischer pour ne pas bouleverser tout son alignement. Le capitaine de Nashville a fait équipe avec un Michael Fora qui a livré sa plus mauvaise performance du tournoi.

Fiala a démarré gentiment mais est monté en puissance au fil de la rencontre. Avec quelques heures de récupération en plus, le Saint-Gallois - meilleur buteur suisse cette année en NHL - devrait apporter ce surplus de technique appréciable. Comme son compère nord-américain, Josi mérite des circonstances atténuantes. Pour le duo, il faut voir cette partie comme un décrassage avant le match contre la France mardi (12h15).

Mais même dominée, la Suisse a pu y croire grâce à des buts d'Untersander et de Diaz en revenant de 3-0 à 3-2. Il y a eu match, mais la Suède a remis ce coup d'accélérateur auquel la Suisse n'a pu répondre.

Le virage jeunesse opéré par Fischer sera clairement payant sur le long terme, mais peut-être qu'un chouïa d'expérience en plus n'aurait pas fait de mal. Comme face à la Russie, le coach zougois a osé sortir son gardien pour bénéficier d'un 6 contre 4 à plus de cinq minutes de la fin du troisième tiers, un peu à la manière de Chris McSorley. Cette audace avait payé face à la Russie via un goal de Haas et une fin de match haletante, elle a abouti cette fois-ci à un 5-2 dans la cage vide. Kukan a inscrit un 5-3 inutile à la 60e.

La sélection de Fischer observera attentivement la partie entre la Slovaquie et la Russie pour être sûre que les Slovaques ne réalisent pas un exploit. Auquel cas la qualification pour les quarts se compliquerait sérieusement. Et ce même si la Suisse vient à bout de la France.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS