Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Didier Burkhalter a profité de sa visite de deux jours à Cuba pour renforcer les liens entre la Suisse et l'Etat insulaire. Le conseiller fédéral a indiqué vendredi à l'ats que d'autres rencontres entre les deux pays figurent déjà l'agenda.

"Il s'agit d'institutionnaliser le dialogue économique", a résumé le chef de la diplomatie suisse. Concrètement, une délégation d'entrepreneurs se rendra en novembre à Cuba, à l'occasion de la Foire internationale de la Havane.

Le président cubain Raul Castro a reçu une invitation pour le prochain Forum économique mondial de Davos (GR). Son ministre des Affaires étrangères Bruno Rodriguez a été lui convié à venir en Suisse en 2016.

Même si le mandat de puissance protectrice de la Suisse à Cuba est dorénavant terminé, l'ambassade helvétique à La Havane ne subira pas une cure d'amaigrissement. "Comparées à notre travail en Iran, les tâches n'étaient plus très importantes à Cuba et se limitaient surtout à un travail de porte", a précisé le conseiller fédéral.

Le respect et la sympathie de Kerry

Le chef du Département fédéral des affaires étrangères a également rencontré le secrétaire d'Etat américain John Kerry, qui avait invité le conseiller fédéral à la cérémonie marquant la réouverture de l'ambassade américaine.

Au cours d'une rencontre de "grande proximité", le Neuchâtelois a senti de la part de son homologue américain "un profond respect pour le travail de la Suisse", qui a assuré pendant plus de 50 ans les bons offices entre les deux pays voisins.

MM. Kerry et Burkhalter se sont également entretenus sur le mandat de protection de la Suisse en Iran, un sujet de discussion habituel. Les deux hommes ont aussi parlé du Fonds destiné à la lutte contre l'extrémisme violent, basé à Genève, et de ses projets pilotes au Mali et au Nigeria.

Avec des pots de miel

"Je lui ai également dit que j'ai apprécié les dernières décisions prises par les Etats-Unis, notamment sur climat", a conclu le Neuchâtelois.

En plus des cadeaux protocolaires, Didier Burkhalter a offert à ses interlocuteurs des pots de miel de l'ONU. Pour mémoire, la Suisse a livré un rucher au Palais des Nations à Genève en 2012. "Offrir un pot de miel est un petit geste qui me permet de rappeler l'importance de la rénovation du Palais des Nations", a conclu le chef de la diplomatie suisse.

ATS