Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Syrie, rongée par une guerre qui a déjà fait plus de 215'000 morts en 4 ans, a été le théâtre de nouvelles violences vendredi. Plusieurs attaques terroristes ont fait plus d'une centaine de morts.

Dans le centre du pays, plus de 70 membres des forces du régime et des supplétifs ont été tués dans des attaques menées par des djihadistes du groupe Etat islamique, a indiqué vendredi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, a expliqué que les assauts avaient visé des points de contrôle et des positions du régime dans les provinces de Hama, où au moins 50 membres des forces du régime sont morts, et de Homs. Ces provinces sont en majorité sous contrôle gouvernemental.

L'OSDH a ajouté que plusieurs djihadistes ont aussi trouvé la mort, mais sans pouvoir fournir un bilan.

"Ces derniers mois, l'EI a essuyé des revers dans les provinces d'Alep, Raqa et Hassaké face aux forces du régime et aux combattants kurdes et il cherche maintenant à redorer son blason avec des victoires militaires sur le terrain, même limitées", a affirmé M. Abdel Rahmane.

Nouvel an tragique

Dans le nord-est de la Syrie, à Hassaké, c'est la minorité kurde qui a été visée lorsque 33 personnes ont péri vendredi dans un attentat-suicide perpétré lors d'une fête à la veille de Norouz, le nouvel an kurde. Selon le directeur de l'OSDH, des dizaines de personnes ont également été blessées.

Parmi les morts, "cinq enfants et beaucoup de femmes", a-t-il déclaré, précisant que le bilan pourrait encore s'aggraver car de nombreux blessés sont dans un état grave. Il avait précédemment fait état d'au moins 20 morts.

D'après M. Abdel Rahmane, dont l'ONG basée en Grande Bretagne s'appuie sur un réseau de sources en Syrie, un attentat à l'explosif a visé un autre rassemblement dans cette ville, faisant des dizaines de blessés. Ces attaques, qui "ne resteront pas impunies" selon les propos du commandant kurde Joan Ibrahim sur une page Facebook des YPG, n'ont pas immédiatement été revendiquées.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS