Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'armée syrienne va mettre fin à ses opérations contre les "groupes terroristes" jeudi matin, le jour de l'ultimatum fixé par l'ONU pour un cessez-le-feu total, a annoncé mercredi la télévision d'Etat. L'émissaire de l'ONU Kofi Annan a reçu une lettre en ce sens.

"Après que nos forces armées ont mené à bien leur mission de combattre les actions criminelles des groupes terroristes et d'affirmer l'autorité de l'Etat sur le territoire (syrien), elles décident de mettre fin à cette mission à partir de jeudi matin", a indiqué un responsable du ministère de la Défense.

De son côté, l'émissaire pour la Syrie, Kofi Annan, a reçu une lettre de Damas annonçant également l'arrêt des opérations militaires sur tout le territoire syrien jeudi 12 avril à partir de 06H00 locales, a annoncé son porte-parole.

Mardi, le Conseil de sécurité de l'ONU avait appelé les autorités syriennes à cesser les combats avant jeudi, dans ce pays déchiré par des violences. Celles-ci ont fait plus de 10'000 morts en plus d'un an de révolte, selon une ONG syrienne.

Incidents en Turquie

Des tirs des forces de sécurité syriennes ont atteint dans la nuit de mardi à mercredi un camp de réfugiés en Turquie situé juste à la frontière syrienne, ont rapporté les médias turcs.

Les forces du régime de Bachar al-Assad ont tiré sur des Syriens voulant traverser la frontière pour se réfugier en Turquie, selon les médias. Des balles ont touché le camp de préfabriqués situé juste à proximité, sans faire de blessé, mais provoquant un mouvement de panique parmi ses habitants.

Le Premier ministre turc Recep Erdogan a menacé mardi, au cours de sa visite à Pékin, d'agir contre le régime syrien, après que des tirs en provenance de Syrie ont blessé quatre Syriens et deux Turcs à Kilis, à la frontière. Ces tirs constituent une "très claire violation" de la frontière, a déclaré M. Erdogan.

La Turquie héberge actuellement, dans des provinces limitrophes de la Syrie, près de 25'000 Syriens qui ont fui le conflit dans leur pays.

ATS