Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La torchère qui faisait craindre une explosion sur une plateforme de Total en mer du Nord évacuée le week-end dernier s'est éteinte naturellement, a annoncé samedi le groupe pétrolier français. Ce dernier peut désormais concentrer ses efforts sur les opérations de colmatage.

Total a fait cette première observation vendredi à la mi-journée lors d'un vol de reconnaissance des installations off-shore au large d'Aberdeen. Des bateaux de la société sur zone ont pu confirmer samedi cette information après n'avoir constaté aucune activité de la torchère pendant la nuit. Le risque d'explosion est à présent écarté.

Des experts craignaient que le gaz, qui se répand sous forme de condensat et de nuage volatile, n'entre en contact avec la torchère restée en activité après l'arrêt électrique de la plateforme.

Mission d'évaluation

Total va maintenant "pouvoir approcher la plateforme par bateau pour évaluer la situation", a estimé Simon Boxall, précisant que le survol prolongé du site par hélicoptère était trop dangereux en raison du risque de déclenchement d'une étincelle susceptible d'embraser le gaz.

Total avait expliqué vendredi avoir "lancé" en parallèle deux opérations pour tenter de colmater la fuite: étouffer le puits à partir d'une base flottante et forer deux puits de dérivation pour soulager la pression du gaz et permettre l'injection de boues pour sceller la fuite. Ce dernier scénario peut prendre jusqu'à six mois.

Greenpeace envoie un bateau

"Nous lançons le forage de puits de dérivation" pour tenter de colmater la fuite, a déclaré samedi le patron de Total, Christophe de Margerie, selon des déclarations de son PDG faites à Rennes et publiées par la société française sur son compte Twitter. "Début de l'intervention sur la fuite possible dans 8 jours si les pompiers ont autorisation d'accès", a-t-il ajouté.

De son côté, l'organisation de défense de l'environnement Greenpeace a décidé d'envoyer un bateau sur zone, avec à bord une douzaine de spécialistes. Il devrait arriver à proximité de la plateforme lundi matin.

ATS