Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Une surenchère a suivi la votation populaire interdisant les minarets, selon la vice-présidente de la Fédération des communautés israélites de Suisse. "Bien des partis ont cru bon, pour se positionner sur le plan politique, de mettre en avant des propositions peu réfléchies".
Celles-ci ont en commun un fondement populiste et simpliste, déclare Sabine Simkhovitch-Dreyfus dans une interview au quotidien "Le Courrier". La vice-présidente de la FSCI pense à des thèmes comme la burqa, "certes importants mais marginaux". De telles discussions ne résolvent rien, "car pendant ce temps on ne s'intéresse pas aux vrais problèmes".
Il y a aussi la remise en cause des cimetières confessionnels par le président du PDC Christophe Darbellay ou celle de la circoncision des garçons par les Verts, ajoute-t-elle. Le cadre de la liberté religieuse doit bien sûr pouvoir être discuté, mais de façon réfléchie et non réactive, affirme Mme Simkhovitch-Dreyfus.
Selon elle, la religion a pris une place trop importante pendant des siècles dans la société. "Je regrette la tendance inverse qui la réduit à un danger qui ne vit que par les extrêmes".
La vice-présidente de la FSCI craint pour la liberté religieuse en général, en réaction au débat sur l'islam.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS