Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Ville de Berne déplore l'insécurité autour du centre autonome de la Reithalle, où les agressions se multiplient. Pour faire pression sur les exploitants du centre, le Conseil de ville (législatif) n'a renouvelé une subvention que pour une année au lieu de quatre.

La Reithalle pourra encore compter en 2012 sur 380'000 francs pour assurer son fonctionnement. La Municipalité et les exploitants du lieu devront ensuite résoudre tous les problèmes sécuritaires. La décision du législatif de limiter à une seule année le contrat de prestations a été adoptée grâce à une majorité de centre droit.

Depuis plusieurs mois, les échauffourées se multiplient autour du centre alternatif. La police cantonale bernoise est régulièrement la cible d'actes de violence commis par des jeunes autonomes qui se réfugient dans la Reithalle. La police estime que les exploitants ne peuvent ou ne veulent pas garantir la sécurité.

Pour la droite, la Reithalle est un espace de non-droit servant de repère aux casseurs lors de manifestations et de refuge aux dealers. Pour l'exécutif, les partis politiques de gauche et les milieux culturels, ce lieu répond à un besoin de la jeunesse.

ATS