Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les comptes de fonctionnement 2011 de la ville de Genève affichent un résultat positif de 33,7 millions de francs. Si les revenus tirés des impôts sur les personnes physiques ont fléchi, ceux provenant des entreprises ont été un peu plus élevés que prévu.

Les charges ont également été moins lourdes que celles qui avaient été inscrites au budget, a noté mercredi la municipalité. Genève a par ailleurs déboursé 128 millions de francs en investissements l'an dernier, alors qu'habituellement les investissements tournent autour de 100 millions de francs.

Ces dépenses en investissements conséquentes ont entièrement mangé le résultat positif enregistré par les comptes de fonctionnement. Au final, le manque de financement de la ville en 2011 s'est élevée à 14 millions de francs. Cette somme a été couverte par la trésorerie de la municipalité.

Endettement stable

L'endettement est resté inchangé à 1,41 milliard de francs. Entamé en 2008, le recul des intérêts de la dette s'est poursuivi. Ces intérêts se sont montés à 31,9 millions de francs l'an dernier, un niveau qui avait été atteint en 1973 lorsque la dette de la municipalité était deux fois moins élevée.

Malgré ces résultats positifs, la responsable des finances Sandrine Salerno a appelé à la plus grande prudence pour les années qui viennent et reste sourde à toute velléité de baisse d'impôts. Comme en témoigne le recul des impôts sur les personnes physiques, la conjoncture s'inverse, a-t-elle averti.

ATS