Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au Niger, les mauvaises récoltes sont habituellement dues à la sécheresse et non aux inondations (archives).

KEYSTONE/AP/JEROME DELAY

(sda-ats)

La ville d'Agadez, classée par l'Unesco au patrimoine mondial, et plusieurs villages dans le nord désertique du Niger, sont menacés par des inondations dues à de fortes pluies. Les autorités appelaient mercredi à la prudence.

"Nous avons déjà déclenché l'alerte (rouge) pour appeler les populations à plus de précautions et de vigilance: de flots importants ont déjà emporté ce matin (mercredi) une ambulance avec ses deux occupants", a déclaré à l'AFP Rhissa Feltou, le maire d'Agadez, la grande ville du nord nigérien.

La ville et ses 145'000 habitants restent surtout sous la menace des flots charriés par le Kori-Telwa, un redoutable cours d'eau alimenté par les eaux de pluies provenant des chaînes de montagnes de l'Aïr, a-t-il expliqué. Ses torrents ont déjà détruit jardins, habitations et décimé le bétail, a-t-il déploré.

Les autorités redoutent surtout la destruction de la ville historique d'Agadez, qui remonte aux XVe et XVIe siècles. La zone classée par l'Unesco comprend une mosquée au minaret haut de 27 mètres et le palais du sultan.

Inondations récurrentes

Mardi, deux personnes ont péri dans l'effondrement d'un bâtiment abritant une mosquée et une école coranique dans un quartier d'Agadez au lendemain de fortes pluies, selon les services de secours. Les médias locaux continuent de relayer les messages des autorités "appelant à la prudence", a indiqué à l'AFP un résident.

"Le Kori charrie beaucoup d'eau, emporte tout sur son passage et se dirige vers la ville d'Agadez", s'alarme Aïr Info, un journal en ligne basé dans cette ville.

La saison des pluies bat actuellement son plein au Niger. En dépit de sa courte durée - au plus trois mois - et de la faiblesse des précipitations, ce pays fait face depuis quelques années à des inondations récurrentes. Un paradoxe dans cet état très sec où les mauvaises récoltes sont habituellement dues à la sécheresse.

Dizaines de milliers de sinistrés

Selon le dernier bilan du gouvernement, datant du 6 août, 22 personnes sont mortes et près de 49'845 sont sinistrées à travers tout le pays. Les eaux ont également détruit 3131 habitations et 3902 hectares de cultures.

En outre, 26'344 têtes de bétail ont été décimées et 11 classes ainsi que 33 puits d'eau potable ont été endommagés, précise le ministère chargé de la gestion des catastrophes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS