Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La ville syrienne d'Idleb, proche d'un axe routier reliant Damas à Alep, est tombée samedi aux mains de la branche locale d'Al-Qaïda et de ses alliés. Il s'agit de la deuxième capitale provinciale à échapper au contrôle du régime depuis le début du conflit en 2011.

Au cinquième jour des combats, "le Front Al-Nosra et ses alliés ont capturé la totalité d'Idleb", a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Al-Nosra, groupe djihadiste affilié à Al-Qaïda, a annoncé sur Twitter la "libération" de la ville de 100'000 habitants.

Des groupes islamistes ont formé une alliance qui comprend le Front al-Nosra et les mouvements radicaux Ahrar Al-Cham et Jound Al-Aqsa. Ils avaient lancé mardi l'opération "Armée du Fatah" pour s'emparer de la ville.

"Ils ont pénétré dans la ville par plusieurs côtés, mais l'assaut majeur a été lancé à partir des flancs nord et ouest", a expliqué Rami Abdel Rahmane, qui dirige l'OSDH. Cette organisation proche de l'opposition, basée à Londres, s'appuie sur un réseau d'informateurs sur le terrain pour suivre l'évolution du conflit.

En novembre, le Front al-Nosra avait chassé plusieurs groupes rebelles de la province. A l'instar de son rival djihadiste le groupe Etat islamique (EI), qui a proclamé son "califat" à cheval sur la Syrie et l'Irak, le Front entend fonder un "émirat" dans le nord de la Syrie, selon des analystes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS