Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La ville syrienne d'Idleb, proche d'un axe routier reliant Damas à Alep, est tombée samedi aux mains de la branche locale d'Al-Qaïda et de ses alliés. Il s'agit de la deuxième capitale provinciale à échapper au contrôle du régime depuis le début du conflit en 2011.

Au cinquième jour des combats, "le Front Al-Nosra et ses alliés ont capturé la totalité d'Idleb", a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Al-Nosra, groupe djihadiste affilié à Al-Qaïda, a annoncé sur Twitter la "libération" de la ville de 100'000 habitants.

Des groupes islamistes ont formé une alliance qui comprend le Front al-Nosra et les mouvements radicaux Ahrar Al-Cham et Jound Al-Aqsa. Ils avaient lancé mardi l'opération "Armée du Fatah" pour s'emparer de la ville.

"Ils ont pénétré dans la ville par plusieurs côtés, mais l'assaut majeur a été lancé à partir des flancs nord et ouest", a expliqué Rami Abdel Rahmane, qui dirige l'OSDH. Cette organisation proche de l'opposition, basée à Londres, s'appuie sur un réseau d'informateurs sur le terrain pour suivre l'évolution du conflit.

En novembre, le Front al-Nosra avait chassé plusieurs groupes rebelles de la province. A l'instar de son rival djihadiste le groupe Etat islamique (EI), qui a proclamé son "califat" à cheval sur la Syrie et l'Irak, le Front entend fonder un "émirat" dans le nord de la Syrie, selon des analystes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS