Toute l'actu en bref

Le Fribourgeois Jean-Luc Rouiller compte dynamiser l'entreprise et développer les collaborations régionales.

LNM

(sda-ats)

La Société de navigation sur les lacs de Neuchâtel et Morat (LNM) a trouvé son nouveau directeur. Le Fribourgeois Jean-Luc Rouiller, 52 ans, a été choisi parmi 186 candidats pour relancer l'entreprise.

Le nouveau patron s'est présenté à la presse à Neuchâtel mercredi, jour de son entrée en fonction. Il a rencontré la veille le personnel.

Domicilié à Villars-sur-Glâne (FR), Jean-Luc Rouiller a aussi des origines neuchâteloises. Il maîtrise parfaitement l'allemand. Il a occupé divers postes à responsabilités notamment chez Cremo, Cardinal, Feldschlossen, Emmi, la Fédération suisse de basketball, et dernièrement les Salines Suisses.

Il a convaincu par ses qualités de gestion, de management et de marketing. Il a aussi fait ses preuves dans la conduite d'équipes pluridisciplinaires, accordant une grande importance à la qualité des relations. Autant de compétences dont la LNM a besoin, a souligné le président du conseil d'administration et conseiller communal de Neuchâtel Olivier Arni.

Retour au chiffres noirs

La LNM, qui fêtera sont 150e anniversaire en 2022, est ainsi prête à tourner une nouvelle page. Sa nouvelle organisation permettra de travailler en bonne intelligence avec toutes les régions et tous les cantons, a poursuivi Olivier Arni.

L'ancien directeur Jean-Jacques Wenger, en place depuis 2006, avait été débarqué en janvier dernier. Un audit avait montré des défaillances dans la gestion, et l'Office fédéral des transports (OFT) n'a accordé qu'une concession de deux ans, jusqu'à fin 2018. Le but est d'obtenir une concession de dix ans dès 2019.

La LNM a déjà travaillé sur les différents points relevés dans l'audit. Quant au personnel, il se sent reconnu et retrouve la motivation, a assuré M. Arni. Celui-ci a par ailleurs confirmé que les comptes 2016, qui seront publiés en juin, seront équilibrés (après un déficit de 1,2 million de francs en 2015).

La nouvelle stratégie devra assurer une pérennité et une rentabilité durable. Il y a du pain sur la planche et cela prendra encore plusieurs mois, a dit Jean-Luc Rouiller. Mais "le potentiel humain et le potentiel matériel sont là".

Partenariats régionaux

La LNM, ancrée dans une région des Trois-Lacs au riche patrimoine, a beaucoup d'atouts. Mais elle peut et doit gagner en visibilité et en notoriété pour se faire une meilleure place sur le marché, commente son nouveau patron.

Ce dernier a déjà identifié plusieurs pistes: développer de nouvelles offres sur l'eau et hors de l'eau, chercher de nouveau publics-cibles comme les enfants par exemple, prendre en compte la mobilité douce, s'adapter aux actuelles habitudes de consommation et de communication du public.

"On doit utiliser tous les potentiels de la région", insiste Jean-Luc Rouiller. Il s'agit notamment de participer aux événements qui se déroulent dans les localités autour du lac. L'objectif est de développer un réseau et des collaborations avec tous les partenaires politiques, économiques, touristiques et culturels de la région.

Et ce, y compris avec les autres acteurs de la navigation: interrogé par l'ats à ce sujet, Olivier Arni a répondu que la LNM va contacter la BSG (côté biennois) et la CGN (côté lémanique). L'idée est de mener ensemble une réflexion en termes de complémentarité plutôt que de concurrence.

ATS

 Toute l'actu en bref