Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

LafargeHolcim dit être en discussions avec le conseil d'administration de Pretoria Portland Cement (PPC) concernant une éventuelle transaction en Afrique (archives).

KEYSTONE/PATRICK B. KRAEMER

(sda-ats)

LafargeHolcim, numéro un mondial du ciment, a amélioré ses résultats opérationnels au troisième trimestre, malgré des ventes et un bénéfice en baisse. Le groupe zurichois, qui abaisse ses objectifs 2017, va passer en revue ses activités.

Le bénéfice part net du groupe s'est effondré de 58,5% de juillet à septembre, à 433 millions de francs, du fait de produits de cession plus élevés au cours de la même période de l'année précédente, indique vendredi le géant franco-suisse dans un communiqué.

Le chiffre d'affaires du groupe zurichois s'est lui replié de 1,3%, à 6,9 milliards de francs. Sur une base comparable, les ventes progressent toutefois de 4,1%.

Ajusté des cessions, ainsi que des coûts liés à la fusion entre Lafarge et Holcim et à la réorganisation du groupe, notamment, le résultat opérationnel avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (EBITDA) est ressorti à 1,75 milliard de francs, en hausse de 1,9%. Sur une base comparable, cet indicateur progresse même de 5,9%.

Sur base comparable, les volumes de ciment ont progressé de 4,7% au troisième trimestre et de 1,8% depuis le début de l'année. Globalement, les prix ont progressé de 5,6% sur un an de juillet à septembre.

Les résultats sont globalement en ligne avec les prévisions des analystes consultés par l'agence financière awp. Ceux-ci tablaient en moyenne sur des ventes de 6,92 milliards de francs et un EBITDA opérationnel ajusté de 1,79 milliard.

Importantes synergies

La marge EBITDA ajustée a grimpé de 80 points de base sur un an, à 25,2%. Le cimentier franco-suisse explique cette amélioration par des niveaux de prix favorables, la maîtrise des coûts, ainsi que des synergies. Celles-ci se sont élevées à 97 millions de francs au troisième trimestre, permettant au groupe de dépasser en juillet déjà son objectif de 1 milliard fixé pour la fin de l'année.

L'Amérique latine, l'Amérique du Nord et l'Europe ont fourni des impulsions positives au troisième trimestre. A l'inverse, les conditions de marché ont été difficiles en Asie-Pacifique, ainsi qu'en Afrique et Moyen-Orient, où des mesures ont été prises pour corriger certains points faibles.

Sur neuf mois, le bénéfice net du groupe zurichois s'est hissé à 1,44 milliard de francs, en hausse de 8,1%. Le chiffre d'affaires net a toutefois fléchi de 4,7%, à 19,4 milliards. L'EBITDA ajusté a perdu 0,1%, à 4,29 milliards (+9,2% à base comparable).

Revue des activités en cours

"Ces résultats trimestriels solides ne reflètent pas tout notre potentiel. En tant que leader du marché, nous devons nous tenir à des standards supérieurs à ceux de toute autre entreprise du secteur", a commenté le directeur général Jan Jenisch.

L'ancien patron du groupe zougois de spécialités chimiques Sika, qui a pris ses fonctions le 1er septembre dernier, annonce ainsi qu'une revue des activités de l'entreprise est en cours. Celle-ci inclut la stratégie des pays, ainsi qu'un accent sur la simplification, la maîtrise des coûts et la gestion de la performance.

Une mise à jour de la stratégie et des perspectives sera communiquée en mars prochain, lors de la publication des résultats 2017. Le groupe zurichois fera également le point sur la gestion de son portefeuille. A ce jour, son programme de désinvestissements a atteint 4,4 milliards de francs en valeur d'entreprise.

Perspectives abaissées

Concernant l'ensemble de l'exercice, le cimentier a abaissé ses prévisions. Il prévoit désormais une hausse de 5% à 7% de l'EBITDA opérationnel retraité sur base comparable, contre une croissance de plus de 10% auparavant.

Il s'attend également à une croissance du bénéfice par action récurrent. Le ratio entre dette nette et EBITDA opérationnel ajusté devrait s'établir à 2,5. LafargeHolcim note encore que la demande globale de ciment devrait augmenter de 1% à 3% cette année.

Le groupe franco-suisse a également adapté ses perspectives pour 2018, afin de "refléter la dynamique actuelle de ses activités". L'EBITDA ajusté devrait ainsi progresser d'au moins 5%.

Possible transaction

Dans un communiqué séparé, LafargeHolcim annonce par ailleurs être en discussion avec le conseil d'administration de Pretoria Portland Cement (PPC) concernant une éventuelle transaction en Afrique. Aucun accord n'a toutefois encore été conclu et aucune assurance à ce sujet ne peut être donnée.

PPC est un important producteur de ciment régional, avec une présence dans le sud et l'est de l'Afrique.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS