Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La fusée Ariane 5-ES a mis sur orbite vendredi un véhicule de transfert automatique (ATV) chargé de ravitailler la Station spatiale internationale (ISS). L'amarrage est prévu dans la nuit du 28 au 29 mars.

Le lanceur européen, baptisé "Eoardo Amaldi", a décollé à 01h34 locale (05h34 suisses) du centre spatial de Kourou, en Guyane française. Une heure, trois minutes et 50 secondes plus tard, il se séparait de l'ATV 3 "Edoardo Amaldi", de l'Agence Spatiale Européenne (ESA).

Comme pour ses prédécesseurs "Jules Verne" et "Johannes Kepler", la mission de cet engin est d'assurer le ravitaillement de l'ISS en eau, air, vivres, ergols et matériels pour les expériences. Il se chargera aussi des manoeuvres de rehaussement d'orbite de l'ISS. Au bout de six mois, il se désintègrera dans l'atmosphère terrestre.

Recyclage de l'urine

L'objet le plus précieux acheminé par l'ATV est selon l'ESA une "pompe de contrôle des fluides", équipement de survie indispensable pour permettre le recyclage de l'urine de l'équipage en eau potable. Or à l'heure actuelle, l'ISS ne dispose que d'une seule de ses pompes, ce qui poserait problème en cas de panne.

L'ATV-3 est le cargo le plus lourd jamais envoyé dans l'espace par l'Europe avec à son bord 6,6 tonnes de fret destiné aux six astronautes de l'ISS. Il vole désormais de manière autonome sur une orbite à 260 km au-dessus de la Terre, à une vitesse d'environ 7,6 km par seconde.

Participation suisse

D'ici 2014, l'Agence spatiale européenne doit lancer encore deux autres vaisseaux ATV vers l'ISS. Plusieurs entreprises suisses ont participé au développement et à la construction d'"Edoardo Amaldi". RUAG Space a livré différentes composantes du module spatial, dont la structure de base de l'ATV.

La société APCO Technologies, à Aigle (VD), a développé les plaques de protection du module de service contre l'impact de micro-météorites et de déchets spatiaux. L'entreprise Syderal à Chules (BE) a conçu des composants électroniques servant à réguler la température du vaisseau spatial.

ATS