Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La société Landis+Gyr, qui compte près de 6000 employés, avait été rachetée en 2011 par Toshiba (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Le fabricant de compteurs électriques zougois Landis+Gyr, filiale du conglomérat japonais en difficulté Toshiba, prévoit de faire son entrée à la Bourse suisse. L'opération est prévue au troisième trimestre 2017.

Toshiba, qui possède 60% du capital-actions, et le fonds d'investissements semi-étatique Innovation Network Corporation of Japan (INCJ), qui détient les 40% restants, proposeront l'intégralité de leurs parts à l'occasion de cette opération, indique lundi Landis+Gyr dans un communiqué.

En avril, le groupe technologique japonais Toshiba avait indiqué envisager une mise en Bourse de Landis+Gyr sans préciser de date. UBS et Morgan Stanley ont été choisies pour mener à bien la constitution du carnet d'ordres, épaulées par Credit Suisse, Vontobel et Mizuho.

Le géant nippon se trouve en difficultés financières et a déposé une demande auprès des autorités pour différer encore la publication de ses résultats définitifs pour l'exercice 2016/17 bouclé en mars. Toshiba avait acquis Landis+Gyr en 2011 pour un montant de 2,3 milliards de dollars.

Le conglomérat japonais s'efforce parallèlement de vendre sa lucrative division de puces mémoire, dont il espère tirer 2000 milliards de yens (16,9 milliards de francs), pour surmonter ses difficultés financières liées à sa filiale nucléaire aux Etats-Unis Westinghouse.

La société zougoise a publié par la même occasion des résultats provisoires sur son exercice 2016/17, clos fin mars. Le chiffre d'affaires a progressé de 5,4% à 1,66 milliard de dollars (1,58 milliard de francs), mais la perte nette a été multipliée par plus de trois à 62,1 millions. La firme sise à Zoug emploie près de 6000 personnes.

ATS