Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les chiens de combat ne seront pas interdits dans le canton de Glaris. La Landsgemeinde a envoyé aux oubliettes dimanche la proposition de proscrire leur détention. Elle lui préfère une demande d'autorisation. Le débat a duré 40 minutes et il a fallu voter trois fois à mains levées pour obtenir un résultat.

A l'avenir, il faudra non seulement une autorisation du vétérinaire cantonal pour les chiens de combat, mais aussi pour ceux présentant un danger potentiel élevé. Les ménages glaronais souhaitant détenir plus d'un chien devront également demander une autorisation.

Le gouvernement doit maintenant régler les détails dans la loi. Il aura notamment pour tâche de déterminer quels sont les chiens particulièrement dangereux et ceux potentiellement dangereux.

Par un temps maussade, les Glaronais se sont prononcés dimanche sur 15 objets. Presque tous ont été décidés dans le sens du gouvernement ou du parlement.

Outre l'ordonnance sur les chiens, seule la loi sur les loteries a été modifiée: la clé de répartition de l'argent restera aux mains du gouvernement, et non du parlement comme proposé.

7 millions pour les transports

La Landsgemeinde a encore approuvé un crédit de 7 millions de francs pour les transports publics. Tous les trains du "Glarner Sprinter" passeront désormais à la cadence horaire et certains à la cadence semi-horaire.

La réintroduction de la gratuité des enterrements n'a en revanche eu aucune chance. Les autorités la rejetaient pour des raisons financières, il en aurait coûté 700'000 francs par an aux communes.

Le conseiller fédéral Didier Burkhalter, le vice-chancelier autrichien Michael Spindelegger, ainsi que le gouvernement jurassien in corpore étaient les hôtes d'honneur de cette Landsgemeinde. Celle du canton de Glaris existe depuis 1387. Elle se déroule une fois l'an, le premier dimanche de mai.

ATS