Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président de l'UCI David Lappartient "ne croit pas" qu'une décision sera prise avant le Tour de France dans le dossier du contrôle antidopage "anormal" de Chris Froome.

"Mon souhait a toujours été que ce soit jugé avant le Giro", le Tour d'Italie que Froome vient de remporter dimanche, explique M. Lappartient dans un entretien au quotidien Le Parisien. "Maintenant, j'aimerais que ce dossier soit réglé avant le Tour (de France). Bon, il faut être réaliste: je crois que ce ne sera pas le cas."

"Ce n'est pas un laxisme de l'UCI", se défend le président français de l'instance cycliste internationale. "Mais quand vous avez 1500 pages de rapport scientifique, il faut bien les analyser. On doit respecter la procédure, les droits de Chris Froome comme les nôtres."

Le dossier de Chris Froome est entre les mains du tribunal antidopage de l'UCI chargé de décider du sort du quadruple vainqueur du Tour de France après un contrôle "anormal" sur la Vuelta. Le point d'interrogation demeure sur la date du jugement. Le départ du Tour de France aura lieu le 7 juillet.

La nature de la substance (salbutamol, un médicament utilisé contre l'asthme) à un taux anormalement élevé décelé lors du contrôle antidopage du 7 septembre, n'entraîne pas de suspension provisoire. Ce qui, malgré la polémique, permet à Froome, qui nie s'être dopé, de continuer à courir et de tenter cet été de remporter une cinquième Grande Boucle.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS