Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les avions sont parfois contraints de larguer du kérosène (photo prétexte).

KEYSTONE/PATRICK B. KRAEMER

(sda-ats)

Un Boeing B744 de la compagnie Corsair a dû larguer vers 22h35 vendredi du kérosène au-dessus des cantons de Soleure et de Bâle-Ville. La manoeuvre a duré vingt minutes et l'avion, qui se dirigeait vers La Réunion, est retourné se poser à Paris.

Des problèmes techniques sont survenus durant le vol, a annoncé le contrôle aérien skyguide samedi. Afin d'atteindre la masse limite prescrite pour l'atterrissage, il a largué du kérosène à une altitude de 11'000 mètres.

Les largages de kérosène s'effectuent dans le respect de directives strictes, afin d'éviter tout danger supplémentaire pour l'avion et toute atteinte à l'environnement. La preuve de la nocivité des largages de kérosène pour les personnes, les animaux et l'environnement n'a jusqu'à présent pas été apportée, ajoute skyguide. La surveillance du respect des prescriptions incombe à l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC).

ATS