Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les locaux de la Loterie romande ont été la cible d'un brigandage à main armée mercredi vers 08h45 à Lausanne. L'agresseur a pris la fuite sans emporter de butin. Il a été rapidement appréhendé, environ "une quinzaine de minutes après le braquage", selon la police.

Grâce au signalement donné par des témoins, le suspect a été contrôlé et interpellé dans le nord de la ville, précise Jean-Philippe Pittet, porte-parole de la police lausannoise. L'auteur présumé du brigandage est un homme d'une trentaine d'années. Il a reconnu les faits lors de son audition par les policiers, a précisé M. Pittet dans la soirée.

Il a été acheminé à l'Hôtel de police pour y être entendu. Les contrôles effectués à son égard tendent à indiquer qu'il est probablement l'auteur des faits, a précisé la police.

Arme à feu

L'homme était masqué et portait une arme de poing. Il a menacé les employés avant de prendre la fuite sans emporter de butin. Un coup de feu a été tiré, mais apparemment pas en direction des personnes présentes au moment des faits, selon la police. Personne n'a été blessé.

Le brigandage a eu lieu à la réception du siège de la Loterie romande qui occupe une cinquantaine d'employés rue Marterey. Les personnes présentes au moment du braquage se sont vu proposer un soutien psychologique, a expliqué Danielle Perrette, porte-parole de l'institution.

La Loterie romande ne stocke pas d'argent dans ses bureaux. Les gagnants sont payés par virement bancaire, a relevé la porte-parole. Seuls quelques billets de loterie se trouvent sur place, car la réception de l'entreprise officie aussi comme petit point de vente.

L'institution a fait l'objet d'un braquage pour la première fois. La Loterie romande n'était pas visée en elle-même, c'est clairement un acte de brigandage, a précisé Mme Perrette.

ATS