Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Lausanne: la RIE III pèse sur le budget 2019

La municipale Florence Germond et le syndic Grégoire Junod ont présenté un budget 2019 fortement impacté par l'entrée en vigueur de la RIE III vaudoise (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Lausanne table sur un déficit de 42 millions de francs en 2019. Son budget pâtit de la hausse des charges cantonales et de la mise en oeuvre anticipée de la RIE III vaudoise, malgré une bonne maîtrise des charges.

Le budget 2019 prévoit un excédent de charges de 42 millions sur un montant global de 1,86 milliard de francs. Ce déficit est en augmentation de 12,3 millions par rapport au budget précédent.

Comme d'autres communes vaudoises, Lausanne est "fortement affectée" par la mise en oeuvre anticipée, dès 2019, de la RIE III vaudoise, a expliqué mercredi le syndic Grégoire Junod. La réforme de l'imposition des entreprises - le taux baisse à 13,79% - va "coûter" 41,8 millions à la ville. Grâce à l'accord canton-communes et à d'autres correctifs, l'effet sur le budget est réduit à 12 millions.

Charges exogènes

Les charges cantonales, dont la facture sociale, devraient augmenter de 16 millions de francs en 2019. "Sans ces charges exogènes qui échappent à notre sphère de compétence, le budget afficherait un déficit de 14 millions", a calculé la municipale Florence Germond.

La directrice des finances a mis en avant la bonne maîtrise des charges, qui sont "presque à l'équilibre" (+ 0,4%). La ville crée 34,8 équivalents temps plein (ETP), en grande partie dans des domaines jugés prioritaires comme les garderies et la police.

En parallèle, Lausanne poursuit la mise en oeuvre de son plan d'économies, le Plan structurel d'amélioration financière (PSAF II), qui amène une amélioration de 12,5 millions au budget 2019. La feuille de route de la municipalité, qui vise 35 millions d'économies à la fin de la législature, est "parfaitement respectée", a déclaré Grégoire Junod.

Dette en hausse

Reste que la ville devra emprunter en 2019 pour financer une bonne partie de ses investissements, qui se montent à environ 200 millions de francs. L'autofinancement se limite à 59,4 millions de francs. La dette nette devrait franchir la barre des deux milliards de francs.

La municipalité considère l'avenir avec prudence, compte tenu des impondérables qui pèsent sur ses revenus et sur ses charges. Elle avertit d'emblée: un report de la RFFA (Réforme fiscale fédérale et financement de l'AVS), contre laquelle un référendum a été lancé, serait problématique. "Nous souhaitons qu'elle entre en vigueur en 2020", a déclaré le syndic.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.