Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Musée olympique à Lausanne fait peau neuve. Il fermera le 29 janvier pour une vingtaine de mois de travaux. Amarré devant le musée, un bateau de la CGN servira d'espace d'exposition temporaire d'avril à octobre. La réouverture est prévue en novembre 2013.

Pour "dire au revoir", l'entrée au musée sera gratuite du 1er décembre 2011 au 29 janvier 2012, a annoncé jeudi devant la presse le directeur Francis Gabet. Une exposition reviendra sur les grands moments des Jeux olympiques de ces vingt dernières années.

Du 21e siècle

Avec ces travaux, l'institution veut revoir et moderniser sa muséographie pour se doter d'un outil véritablement ancré dans le 21e siècle. "Nous voulons coller aux évolutions technologiques et aux nouveaux moyens de communication", a expliqué Christophe de Kepper, directeur général du Comité international olympique (CIO).

Le musée, qui accueille 200'000 visiteurs par an, sera équipé de 300 à 400 écrans ou dispositifs interactifs. La terrasse du restaurant se couvrira d'un toit végétalisé. Le parc sera agrandi à l'ouest où prendra place une piste d'athlétisme de 100 mètres. Une "voie olympique" reliera en droite ligne les quais au musée.

Les surfaces d'exposition permanentes passeront de 2000 à 3000 m2, grâce au déménagement du Centre d'Etudes olympiques dans un bâtiment voisin. Deux nouvelles zones seront aménagées, avec des programmes ludo-éducatifs dédiés aux groupes scolaires.

Rayonnement du CIO

Inauguré en 1993, "le bâtiment a presque 20 ans d'âge: un nouvel élan architectural et muséologique était nécessaire", a observé M.de Kepper. Il a rappelé que le musée est "un outil primordial pour le rayonnement du CIO". Le budget de rénovation d'environ 55 millions de francs est entièrement financé par l'organisation.

"Cet investissement montre notre attachement à la ville de Lausanne. Le musée est une contribution essentielle à la vie économique de la région", a ajouté le directeur général du CIO.

ATS