Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les migrants, qui devaient quitter jusqu'à mardi midi le bâtiment de la route de Berne à Lausanne, sont partis occuper l'ancienne halle Heineken de Renens (VD). "C'est le seul moyen de trouver un abri pour l'hiver", affirme le collectif Jean Dutoit.

Venus du Sleep-in de Renens, les migrants seront restés 18 jours dans le bâtiment de la route de Berne sur les hauts de Lausanne. Vendredi dernier, la justice leur avait donné jusqu'à mardi midi pour évacuer les lieux.

"Nous revendiquons l'occupation de l'ancienne halle Heineken de Renens, propriété de l'Etat de Vaud", a indiqué en milieu de journée dans un communiqué le collectif Jean Dutoit. Il affirme que les autorisations pour les travaux n'ont pas encore été délivrées et qu'aucune date de début de chantier n'a été fixée pour la transformation de la parcelle.

Le collectif déplore que la Ville de Lausanne se soit défaussée sur la justice. Elle s'est déchargée de "toute responsabilité politique dans cette décision" d'évacuation du bâtiment de la route de Berne. Selon le groupement, la Ville "parle le langage de l'argent face à des gens qui gèlent sur les bancs publics."

ATS