Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pas de local d'injection, ni de bistrot social: Lausanne ouvrira début décembre deux lieux d'accueil pour les populations précaires. Le premier pour les personnes toxicodépendantes, l'autre pour l'accueil de jour des sans-abris. Ce dispositif pilote sera réévalué après deux ans.

La municipalité respecte la volonté exprimée par les citoyens en 2007 et renonce à un local d'injection, a précisé jeudi Oscar Tosato, municipal responsable des questions sociales. Ces centres d'accueil ne seront pas non plus des bistrots sociaux, un tel lieu avec vente d'alcool ayant été refusé par le législatif communal.

Les propositions municipales se basent sur une évaluation des besoins et visent à compléter le dispositif existant. Ces études ont fait apparaître deux populations distinctes: un groupe d'environ 150 toxicomanes désocialisés, vivant dans la région et fréquentant notamment la Riponne.

L'autre groupe est constitué d'environ 2000 personnes par an, sans revenu régulier et sans logement, venant de 34 pays.

Besoins différents

"Nous avons fait le choix de créer deux lieux distincts", a expliqué le municipal lausannois. "C'est une approche novatrice." Les personnes dépendantes seront accueillies durant la journée à "La Terrasse", place du Vallon dès l'automne 2013.

Aucun alcool n'y sera vendu mais sa consommation y sera tolérée. Un encadrement social et sanitaire est prévu. En attendant, un lieu provisoire sera installé à la rue St-Martin dès le 3 décembre.

Réservation des lits d'urgence

Pour les sans-abris, Lausanne ouvrira un centre d'accueil à la rue César-Roux, sans consommation d'alcool. Les usagers y trouveront petite restauration, écoute et conseils, mais aussi une consigne à bagages.

Principale innovation: un système de réservation des lits d'hébergement d'urgence sera ouvert le matin en marge du centre d'accueil. "Nous adoptons le modèle genevois. Lausanne était la dernière ville à ne pas offrir cette possibilité", a précisé Michel Cornu, chef du Service social.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS