Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Lausannois ne voteront pas sur l'ouverture d'un local d'injection. Les opposants renoncent au référendum (photo prétexte).

KEYSTONE/AP/RICK CALLAHAN

(sda-ats)

L'Association romande contre la drogue (ARCD) renonce "à contre-coeur" au référendum contre l'ouverture d'un local d'injection à Lausanne. Ses chances de le faire aboutir sont trop minces suite au ralliement d'une majorité du PLR au projet, déplore-t-elle.

La décision a été prise en deux temps, écrit l'ARCD lundi dans un communiqué. D'abord, l'association a eu l'espoir que le Conseil communal soumettrait, comme en 2007, cette question très controversés à une décision de ses électeurs, après un vrai débat ouvert. Tel n'a pas été le cas, Lausanne échaudée ayant imposé un tour de force à ses concitoyens.

"Le PLR lausannois s'était opposé au local d'injection en 2007, on comptait sur son appui", a déclaré à l'ats Maximilien Bernhard, président de l'ARCD. Mais le ralliement de la majorité de ce parti à ce projet, pourtant de sensibilité clairement de gauche, a privé le comité des forces nécessaires à la récolte de près de 9000 signatures en 30 jours.

Le fait que les vacances d'été commencent en pleine récolte, comme par hasard, rend l'exercice encore plus aléatoire. Il y a eu une tactique pour que l'objet passe fin mai et que cela réduise nos chances, note le président de l'ARCD.

Brèche dans le dispositif

Le PLR sous-estime la portée de ce local, a ajouté M. Bernhard. L'ARCD craint que cette décision n'ouvre la porte à la création d'autres locaux dans le canton et qu'elle forme une brèche dans le dispositif vaudois, axé sur des mesures préventives et répressives. L'ARCD rappelle que les locaux d'injection n'ont eu nulle part l'effet attendu.

L'association renonce avec regret au référendum pour ne pas dilapider ses réserves avec des chances trop minces de pouvoir le faire aboutir. D'autres combats se profilent, tels notamment la question de la libéralisation du cannabis contre laquelle l'ARCD poursuivra ses actions. Elle restera en outre attentive à l'évolution de la situation lausannoise.

Espace de consommation sécurisé

Du coup, le comité référendaire indépendant composé de divers partis qui avait commencé à être créé ne sera pas mis sur pied. L'UDC lausannoise n'a pas encore pris de décision définitive quant au lancement d'un référendum, a pour sa part déclaré à l'ats sa présidente Anita Messere.

Le projet de local d'injection a été accepté à une large majorité fin mai par le Conseil communal lausannois, dix ans après l'échec dans les urnes d'une première version. La semaine dernière, le PLR lausannois a décidé de ne pas soutenir le référendum et d'approuver d'un "espace de consommation sécurisé".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS