Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Entre 150 et 200 femmes, selon la police ou les organisatrices, ont manifesté vendredi soir à Lausanne. Répondant à l'appel du collectif "Nuits féministes", elles ont dénoncé les violences sexistes dont elles se sentent victimes.

Le rassemblement, de 22h00 à minuit, visait à "affirmer une présence féministe dans l'espace public", indique un communiqué anonyme du collectif lausannois. L'association déplore "la drague lourde" ou "les sifflements" dont les femmes font, selon elles, l'objet le soir et la nuit à Lausanne, mais également dans l'ensemble de la Suisse.

Les manifestantes s'insurgent en particulier contre "l'ambiance misogyne et nauséabonde (...) qui est le produit d'une société sexiste et patriarcale". Dans leur communiqué, elles affirment que l'une des participantes a été "prise à partie par la police".

Interrogée samedi par l'ats, la police conteste cette version des faits. Elle affirme avoir demandé à une des manifestantes de réduire le volume de son mégaphone, "dans un but préventif". Au vu de la réaction des personnes présentes et "des insultes" lancées contre les agents, la police a fait "machine arrière", indique Tony Croisier, répondant presse. Aucune identification n'a eu lieu.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS