Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - L'AC Milan, systématiquement éliminé en 8e de finale de Ligue des champions par une équipe anglaise depuis 2008, s'attaque mercredi au signe indien contre Arsenal.
Les points communs ne manquent pas entre les deux géants européens. Le Milan et Arsenal présentent tous deux des attaques redoutables mais quelques fragilités derrière, un grand buteur (Zlatan Ibrahimovic et Robin van Persie) et des difficultés cette saison contre les grandes équipes.
Le duel est enfin pimenté par la dernière pige de Thierry Henry pour le club de son coeur, qui rêve de partir sur un nouveau but crucial avant de retrouver son équipe de New York. Battu en 8e de finale par Arsenal (0-0, 0-2) en 2008, Manchester United en 2010 et Tottenham l'an dernier (non-qualifié en 2009), le Milan n'aura toutefois pas que "Titi" a surveiller pour vaincre le tabou anglais.
Milan-Arsenal est d'abord un duel d'équipes offensives, proches des deux buts marqués par rencontre. Meilleure attaque de la Serie A (45 buts en 23 matches), Milan s'appuie sur un "Ibra" qui traverse une des meilleures saisons de sa carrière (15 buts en championnat, 4 en Ligue des champions). Mais le Suédois vient d'écoper de trois matches de suspension pour une gifle donnée à un joueur de Naples. Il s'agit de ne pas perdre ses nerfs alors que la Ligue des champions revient avec la Saint-Valentin !
Les "Gunners" (48 buts en 25 matches) sont emmenés par un van Persie stratosphérique (22 buts), et le duel entre le Suédois et le Néerlandais est une des clefs du match.
Dans le deuxième match de la soirée, le Zénit St-Pétersbourg reçoit le Benfica Lisbonne. La partie risque de se jouer dans un climat glacial, puisque l'UEFA s'attend à un -10 degrés au moment du coup d'envoi. Les Portugais, qui figuraient dans le même groupe que Bâle durant la phase de poules, font figure de favori.
Les deux clubs restent sur des séries impressionnantes. Le Zénit n'a plus été battu devant son public depuis 15 matches en Coupe d'Europe. Quant au Benfica, il reste sur cinq rencontres sans défaite à l'extérieur sur la scène continentale.

ATS