Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le "Böögg", le Bonhomme hiver auquel les Zurichois boutent le feu chaque année à l'occasion du Sechseläuten, a tenu 43 minutes et 34 secondes avant d'exploser lundi. Il annonce ainsi un été pourri. La manifestation s'est déroulée sous la pluie.

Le record de longévité est ainsi battu. Il était jusqu'alors de 40 minutes.

Malgré les averses, plusieurs milliers de spectateurs se sont massés dans les rues de Zurich pour voir défiler les corporations et leurs invités dans leurs costumes d'époque, à l'occasion de la traditionnelle manifestation zurichoise du printemps. Le canton de Lucerne était l'invité d'honneur de ce Sechseläuten.

Parmi les invités figuraient notamment le conseiller fédéral Ueli Maurer, le chef de l'Armée André Blattmann, le patron de Credit Suisse Tidjane Thiam ou la présidente du Conseil national Christa Markwalder. On pouvait également apercevoir l'ancien entraîneur de football et consultant à la télévision, Gilbert Gress.

La tête du "Böögg" avait tenu pendant 20 minutes et 39 secondes l'an dernier. D'après le mythe, plus la tête du Bonhomme hiver explose rapidement, plus l'été sera chaud. En 2003, elle avait explosé après moins de 6 minutes, augurant, à raison, l'été du siècle. En 2014 en revanche, elle avait aussi explosé très vite, mais l'été avait été frais et pluvieux.

La fête du Sechseläuten est célébrée depuis des siècles. Son nom signifie littéralement "six heures sonnent". Au début du printemps, les cloches de la cathédrale annonçaient jadis la fin du travail à 18h00 et non plus à 17h00 comme en hiver.

En 2015, un cheval est mort alors qu'il galopait autour du "Böögg". Cette année, les organisateurs ont exigé des cavaliers qu'ils possèdent un brevet.

ATS