Toute l'actu en bref

Gilles Dind estime que la saison d'hiver s'est plutôt bien déroulée pour le tourisme suisse (archives).

KEYSTONE/PHOTOPRESS/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Une tendance positive se profile depuis l'été dernier pour le secteur touristique suisse, estime Gilles Dind, directeur Europe Ouest de Suisse Tourisme. "Le creux de la vague est passé", se réjouit-il dans un entretien diffusé jeudi par Le Nouvelliste.

"Il n'y a plus d'érosion systématique sur les marchés européens", le plus touché par le franc fort, note-t-il. Il constate en outre que "la saison d'hiver s'est plutôt bien déroulée, malgré un début difficile".

Selon M. Dind, le franc fort est "clairement" la cause première des difficultés rencontrées par le tourisme suisse ces dernières années. Son "effet ne remonte pas au 15 janvier 2015", quand la Banque nationale suisse (BNS) a supprimé le taux plancher de 1,2 franc pour un euro, "mais dure depuis 2009", explique le responsable.

Collaborations et innovations

Mais, poursuit-il, "le secteur s'est adapté", soit en baissant les prix, soit par des innovations et des collaborations entre partenaires. Par exemple, "des sociétés de remontées mécaniques travaillent plus facilement avec des hôteliers et des structures d'hébergement", image-t-il.

"D'une certaine manière, la force du franc a servi d'accélérateur", relève M. Dind. Dans cette optique, "les jeux Olympiques peuvent créer une dynamique positive qui permettra aux acteurs touristiques de se fédérer autour d'un grand projet". Il ne faut toutefois pas les voir comme l'"ultime recours pour le tourisme suisse", tempère-t-il.

Le 7 mars, le conseil exécutif de Swiss Olympic a apporté son soutien à la candidature pour les JO d'hiver du projet Sion 2026, qui, outre le Valais et Vaud, s'appuie également sur les cantons de Fribourg et de Berne.

ATS

 Toute l'actu en bref