Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Aux yeux du directeur général de Nestlé Paul Bulcke, il est trop tôt pour évoquer la question de la succession de Peter Brabeck à la présidence du groupe alimentaire veveysan (archives).

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Le "modèle Nestlé" représente davantage une ambition qu'un objectif, estime Paul Bulcke, directeur général du géant vaudois de l'alimentation. Il équivaut à réaliser un taux de croissance organique annuelle compris entre 5 et 6%.

"On me pose actuellement souvent des questions sur le modèle Nestlé", a indiqué Paul Bulcke dans une interview parue lundi dans le quotidien économique allemand Handelsblatt. Et de réaffirmer que "les 5 à 6% sont notre ambition, mais pas l'objectif pour chaque année indépendamment de la conjoncture mondiale".

Pharma très différente

Selon le directeur général de la multinationale veveysanne, Nestlé dispose "de la force d'innovation et de la présence mondiale" nécessaire pour répondre à cette ambition.

Interrogé sur un éventuel virage de Nestlé en direction de l'industrie pharmaceutique, Paul Bulcke a répondu que si "certains peuvent avoir cette impression", cette activité est un modèle d'affaires "très différent qui nécessite une approche de recherche très différente".

Succession de Brabeck

"Reste que nous devons mieux comprendre les corrélations entre la nutrition et la santé", a-t-il ajouté, rappelant que Nestlé avait créé pour cela son propre institut en Suisse et avait établi des partenariats. "Nous investissons dans cela, mais pas dans le secteur pharmaceutique", a précisé le directeur général.

Ce dernier n'a pas voulu en revanche s'exprimer sur les changements pressentis à la tête du groupe en 2017. Selon certains observateurs, le Belge pourrait quitter son poste pour succéder à Peter Brabeck à la présidence de Nestlé lors de l'assemblée générale d'avril prochain.

ATS