Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Jean-Marc Probst et sa collection de quelque 4500 ouvrages du Petit Prince d'Antoine de St-Exupéry.

KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD

(sda-ats)

Jean-Marc Probst possède plus de 4571 éditions distinctes du "Petit Prince" de Saint-Exupéry. Les idéaux du livre ont guidé sa vie. L'entrepreneur veut créer à Lausanne un espace consacré à la littérature jeunesse.

Les 4571 exemplaires du "Petit Prince" s'alignent sur des étagères murales dans le bureau de l'élégant logement ancien de Jean-Marc Probst. Le cordial Vaudois, avec lunettes en écailles et chemise à carreaux, invite à faire un tour.

"Je vous montre quelques pièces particulières de ma collection", dit-il en saisissant un livre imaginé pour les autistes, dans lequel des symboles complètent le récit. Il dévoile ensuite une édition de la taille d'un dé à coudre , qu'on ne peut lire qu'avec une loupe.

Surprise, l'homme d'affaires lausannois sort une édition qui est passée entre les mains d'Ernesto Che Guevara. Le livre porte même une dédicace du révolutionnaire argentin.

Dans le canton de Vaud, Jean-Marc Probst est surtout connu comme directeur de Probst Maveg SA, qui emploie quelque 180 personnes et est l'un des plus grands importateurs suisses de machines de chantiers. Il est aussi président de Commerce Suisse, vice-président de l'Union patronale suisse et membre du comité d'economiesuisse.

Tout commence à Tokyo

Même s'il incarne le pouvoir économique, son parcours de vie reste imprégné par le "Petit Prince". Le livre le fascinait déjà lorsqu'il était adolescent. En 1980, pendant ses études d'ingénieur à Zurich, il a participé à "La Course autour du monde", une émission de la télévision romande qui lui a permis de voyager un an autour du globe.

Un peu comme le petit prince, qui a quitté sa jolie planète qui n'abritait qu'une rose et trois volcans pour gagner la Terre en passant par six autres planètes. Là, il rencontre un aviateur qui a fait un atterrissage d'urgence dans le désert.

Pendant son année de voyage, à Tokyo, Jean-Marc Probst découvre un "Petit Prince" en japonais dans une vitrine. "Cette couverture me parlait. Je suis entré dans cette librairie et j'ai acheté le livre", dit-il. C'est le début de sa collection, qui compte aujourd'hui des ouvrages dans 350 langues et dialectes.

Il y a onze ans, il a ouvert un nouveau chapitre et lancé des traductions du livre d'Antoine de Saint-Exupéry. En Suisse, il existe des versions en dialectes bernois et valaisan, en patois vaudois et fribourgeois ainsi qu'en dialecte tessinois.

Diffuser dans le monde

Désormais, Jean-Marc Probst se concentre sur les langues en voie d'extinction. Récemment, il a sorti une édition en wayuu, une langue parlée entre le Vénézuela et la Colombie. Pour quelle raison ? "Pour faire connaître le message du Petit Prince à des peuples qui n'en avaient pas le privilège jusqu'ici", explique-t-il.

Dans cette activité, il n'a rencontré des résistances qu'au Tibet. Il avait lancé en Europe une première traduction, mais il s'est rendu compte qu'il était impossible d'amener ces livres sur place. Il a alors réédité le livre en tibétain, sur place. Quelque 2000 exemplaires sont en cours d'impression et distribués dans le pays.

Une expérience intéressante pour l'entrepreneur de 61 ans, favorable au libre-échange, y compris avec la Chine. "Le libre-échange est un idéal vers lequel on devrait aller, mais le chemin est encore long", observe-t-il. "Les entraves au commerce sont nombreuses. J'en ai rencontré deux au Tibet: protectionnisme et bureaucratie".

Projet de centre à Lausanne

Sa collection n'est que le début de son engagement pour le "Petit Prince". Jean-Marc Probst veut créer à Lausanne un espace consacré à la littérature jeunesse. "Le Petit Prince sera le fil rouge, aussi parce qu'il permet de récolter des fonds", explique-t-il.

La famille de Saint-Exupéry et le canton de Vaud soutiennent son projet. L'objectif est d'amener les jeunes à la lecture de véritables textes, au-delà des simples textos ou chats. Ce centre abritera sa vaste collection et une exposition permanente sur le Petit Prince. Le titre de travail est B-612, le nom de l'astéroïde d'où vient le héros du livre.

"Je n'ai pas deux vies", observe Jean-Marc Probst en référence à sa passion pour le Petit Prince et son engagement pour l'économie. "Ce serait malhonnête de connaître les leçons de vie du Petit Prince et de ne pas les appliquer".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS