Navigation

Le "vomi de baleine rare", précieux liquide pour les parfums

Ce contenu a été publié le 31 janvier 2013 - 15:16
(Keystone-ATS)

Un Britannique qui a trouvé sur une plage un étrange rocher jaunâtre et odorant s'est vu offrir 50'000 euros par un acheteur français pour ce qui semble être du "vomi de baleine rare", a rapporté la BBC jeudi. Ce liquide, autrement appelé ambre grise, est très prisé en parfumerie.

Ken Wilman promenait sa chienne Madge sur une plage de Morecambe (nord-ouest de l'Angleterre) quand celle-ci s'est arrêtée sur une "grosse pierre" grise et jaune à la texture cireuse.

Dans un premier temps, il a continué son chemin mais "quelque chose a fait mouche dans mon esprit", a-t-il dit à la BBC. Ce qui l'a poussé à faire demi-tour pour récupérer ce rocher qu'il pense être de l'ambre grise, une substance solide fabriquée dans les intestins des cachalots.

Les baleines vomissent parfois ces substances qui flottent et sont très prisées en parfumerie. Elles permettent de fixer d'autres parfums et, si leur odeur originelle est désagréable, après plusieurs mois, elles exhalent un parfum musqué.

"Quand je l'ai ramassé et que j'ai senti l'odeur, je l'ai reposé", un peu dégoûté, a déclaré le Britannique. "Ça a une odeur musquée mais plus vous la sentez, plus le parfum devient agréable", a-t-il ajouté.

Propriétés singulières

Dans l'attente de tests confirmant que la substance est de l'ambre grise parfois surnommée "or flottant", il a confié s'être vu proposer 50'000 euros (61'000 francs) par un acheteur français.

"Ça coûte très cher du fait de ses propriétés singulières", a déclaré sur la BBC le conservateur des animaux vertébrés au National Museum d'Ecosse, Andrew Kitchener. "C'est une base très importante pour les parfums et il est très difficile de lui trouver un substitut artificiel", a-t-il aussi ajouté.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.