Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La bourgeoisie thurgovienne de Basadingen-Schlattingen a été récompensée mardi par la fondation Sophie et Karl Binding. La fondation salue la gestion prévoyante de sa forêt, porteuse d'avenir pour satisfaire les besoins des générations futures.

Depuis longtemps, la bourgeoisie thurgovienne entretient sa forêt selon le principe "le mieux est l'ennemi du bien". Elle exploite le bois avec modération pour ne pas épuiser les ressources à disposition, a indiqué dans un communiqué la fondation Binding.

La bourgeoisie désigne des arbres qui ne doivent pas être abattus. De plus, sur les 308 hectares que compte sa forêt, elle ne procède à "aucune coupe radicale nécessitant l'engagement de gros engins". Les arbres sont traités comme des individus et ne sont abattus que lorsqu'ils arrivent à la fin de leur cycle de vie.

Ecologique et économique

La bourgeoisie de Basadingen-Schlattingen ne pense pas en gains à court terme. Avec la limitation volontaire des coupes des arbres, ce "renoncement produira à l'avenir une plus-value tant écologique qu'économique", a souligné la fondation.

D'une part, certains de ces vieux éléments, âgés parfois de deux siècles, sont très appréciés pour la qualité supérieure de leur bois. D'autre part, ils ont une grande importance pour la nature. La forêt est plus riche et offre un habitat optimal aux espèces animales et végétales rares.

ATS