Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le bénéfice de IAG monte, porté par les vols transatlantiques

IAG a fait état vendredi d'un bénéfice après impôt de 1,106 milliard d'euros (1,3 milliard de francs), en hausse de 12%, soutenu par une croissance de son trafic passager (archives).

KEYSTONE/EPA/ANDY RAIN

(sda-ats)

IAG, propriétaire entre autres de British Airways et Iberia, a vu son bénéfice après impôt grimper au troisième trimestre grâce aux vols transatlantiques. Le groupe aérien britannique prévoit une hausse de 7% de son bénéfice opérationnel annuel, hors exceptionnels.

IAG a fait état dans un communiqué vendredi d'un bénéfice après impôt de 1,106 milliard d'euros (1,3 milliard de francs), en hausse de 12%, soutenu par une croissance de son trafic passager.

Pour l'ensemble de l'année 2018, il anticipe désormais un bénéfice opérationnel, hors exceptionnels, d'environ 3,150 milliards d'euros. Jusqu'à présent, il s'était contenté de prévoir une progression de ce bénéfice, sans le chiffrer.

Basé et coté à Londres, IAG possède cinq compagnies aériennes: la britannique British Airways, l'espagnole Iberia et l'irlandaise Aer Lingus ainsi que la low cost espagnole Vueling. Il a récemment lancé un nouveau transporteur long-courrier à bas-coût, Level.

Pas de détails

Le groupe n'a pas donné de détails chiffrés sur les unes et les autres, mais son chiffre d'affaires total a grimpé de 8,5% lors du trimestre juillet-septembre sur un an, soutenu par des recettes croissantes tirées du trafic passager. Son revenu par passager kilomètre, un indicateur scruté par les analystes, a augmenté de 7%.

International Airlines Group a aussi enregistré des progrès pour la période de neuf mois de janvier à septembre - les trois premiers trimestres de son exercice comptable 2018.

Le directeur général du groupe, Willie Walsh, s'est félicité de "bons résultats malgré un coût important du carburant et des effets de changes défavorables".

Lors de ces neuf mois, le bénéfice après impôt a grimpé de 57%, à 2,514 milliards d'euros, tandis que son chiffre d'affaires a augmenté de 5%, à 18,346 milliards d'euros.

Intensification du trafic transatlantique

Pour expliquer ses progrès, IAG a mis en avant l'intensification des vols transatlantiques de British Airways, Iberia et Aer Lingus, et des vols au sein et à destination de l'Espagne de Vueling. Il s'est félicité d'une hausse de 7,7% du nombre de passagers sur ses vols, à 86 millions, et d'une progression d'un point de son taux de remplissage, à 83,9%.

Le groupe a en revanche déploré une hausse de 13% de ses coûts en kérosène, du fait de la remontée des cours du pétrole. Sur le seul troisième trimestre, il a subi un impact défavorable des taux de changes de 111 millions d'euros sur son bénéfice opérationnel.

IAG a aussi pâti des conséquences négatives de grèves des contrôleurs aériens, notamment pour Vueling. British Airways a pour sa part connu deux séries d'attaques de pirates informatiques au cours desquelles 429.000 passagers ont pu se voir dérober des données confidentielles - bien qu'aucun coût pour IAG n'ait été publié vendredi.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.