Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La compagnie aérienne à bas coût Ryanair a annoncé lundi avoir enregistré une hausse de 25% de son bénéfice net au premier trimestre de son exercice comptable 2015-2016, à la faveur d'une croissance appréciable de son trafic passagers.

Entre le 1er avril et le 30 juin, la compagnie irlandaise a dégagé un bénéfice net de 245 millions d'euros (259 millions de francs), favorisé par une hausse de 16% de son nombre de passagers transportés et par un bond de 10% de son chiffre d'affaires, à 1,653 milliard d'euros.

"Notre cocktail de prix bas, de ponctualité (91% au premier trimestre) et de meilleure expérience des clients via notre programme 'Always Getting Better' continue d'attirer des millions de nouveaux consommateurs", s'est réjoui Michael O'Leary, le directeur général de Ryanair, cité dans un communiqué.

Longtemps décriée pour la rudesse de ses conditions de vol, Ryanair a entrepris un virage depuis 2013 afin de corriger son image et d'améliorer le service aux passagers, en permettant par exemple l'emport gratuit d'un deuxième petit bagage en cabine ou en attribuant gratuitement un numéro de siège.

Evoquant "des opportunités de croissance" pour ses offres de voyage à bas coût et "une forte demande de la clientèle", Ryanair estime désormais pouvoir transporter 103 millions de passagers pendant l'ensemble de son exercice comptable d'avril 2015 à mars 2016, contre 100 millions escomptés jusqu'à présent.

Prévision de bénéfice confirmée

La compagnie n'a pas touché à sa prévision de bénéfice net annuel, toujours attendue entre 940 et 970 millions d'euros, bien qu'elle s'estime désormais en capacité de s'approcher "de la limite haute de la fourchette".

Ryanair est revenue par ailleurs sur son acceptation de l'offre déposée par International Airlines Group (IAG, qui possède notamment les compagnies British Airways et Iberia) pour acheter une autre compagnie aérienne irlandaise, Aer Lingus, dans laquelle Ryanair possède 29,8% de parts qu'elle a consenti à céder.

"C'est le bon moment pour vendre car notre plan originel pour Aer Lingus (l'utiliser comme une marque de moyenne gamme pour renforcer la concurrence dans les aéroports principaux) est rendu caduc par notre stratégie 'Always Getting Better' via laquelle Ryanair s'est introduite avec succès dans une bonne part des principaux aéroports européens", a souligné la compagnie.

Implantée autrefois essentiellement sur des aéroports "secondaires", éloignés des villes desservies, Ryanair a en effet commencé à desservir également des aéroports plus proches des grandes agglomérations.

ATS