Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En panne de croissance, Logitech affiche une rentabilité en net repli à l'issue de l'exercice 2011/12, clos fin mars. Le fabricant vaudois de périphériques informatiques, qui a vu son bénéfice net plonger de 44% à 71 millions de dollars, veut désormais simplifier ses structures et supprimer des emplois.

La simplification des structures, des processus et de l'assortiment doit permettre de réduire les charges de 80 millions de dollars par an (72,75 millions de francs), a indiqué jeudi à Zurich Guerrino De Luca, président du conseil d'administration et patron du groupe sis à Morges (VD) depuis le départ en juillet de Gerard Quindlen.

Bracken Darrell, qui reprendra l'an prochain la direction opérationnelle du numéro un mondial de périphériques informatiques, n'a pas caché que des emplois seront aussi supprimés en Suisse.

Si des emplois seront biffés, aucun site helvétique ne devrait en revanche fermer. Les détails de la restructuration seront dévoilés en juin, à l'issue du trimestre en cours, a précisé l'Américain.

Reconstruire sa marque

Logitech est devenue une compagnie trop complexe, mettant en risque sa compétitivité, a relevé M. De Luca. Dans le cadre de ce processus de simplification, le groupe vaudois fondé il y a 31 ans a commencé par biffer certains postes de direction.

S'étant de l'avis de M. De Luca trop focalisé sur la dynamique des marchés, Logitech veut améliorer l'expérience des clients avec ses produits, depuis l'emballage et la présentation jusqu'à leur installation. L'entreprise morgienne veut dans la foulée reconstruire sa marque et en accroître la notoriété.

Investisseurs aux anges

Depuis l'été passé, Logitech a mis fin à certains projets "manquant de punch", a ajouté M. De Luca.

L'annonce de la transformation lié à des résultats annuels supérieurs aux attentes, a suscité l'enthousiasme des investisseurs. Vers 15h15, le titre Logitech s'envolait de 14,28% à 8,085 francs, dans un marché élargi Swiss Performance Index (SPI) se contractant de 0,66%.

ATS