Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'économie suisse confirme son dynamisme. Le baromètre conjoncturel de l'institut zurichois KOF a poursuivi son mouvement de hausse en juin. Il a progressé de 0,36 point par rapport au mois précédent pour s'établir à 1,16 point.

L'évolution signifie que l'expansion du produit intérieur brut (PIB) devrait encore s'accélérer, a expliqué vendredi le Centre de recherches conjoncturelles (KOF) rattaché à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ). Le baromètre affiche ainsi un cinquième mois consécutif de hausse, après un 2e semestre 2011 en baisse.

L'indicateur valait encore à -0,11 point en février. Depuis, il a régulièrement augmenté, suggérant à l'instar de ce qu'annoncent d'autres prévisionnistes que l'économie suisse gagne en dynamisme. Le contexte proche n'est pas forcément propice, avec l'incertitude entourant la résolution de la crise de la dette en zone euro.

Industrie et consommation

Dans le détail, le KOF précise que l'activité est soutenue par le module "PIB principal". Ce dernier, qui concentre "un bon 90%" de la valeur ajoutée globale, constitue la principale composante de son baromètre qui joue le rôle d'indicateur avancée du développement de la croissance économique en Suisse.

La tendance favorable est alimentée par les trois modèles de mesure sous-jacents. Industrie, consommation et exportations à destination des pays membres de l'Union européenne présentent ainsi un essor, ajoute le KOF dans son commentaire.

Relèvement général

L'accélération de la croissance économique en Suisse a été mise en exergue par plusieurs acteurs ces derniers temps. A commencer par la Banque nationale suisse (BNS), qui a relevé il y a deux semaines à peine sa prévision de progression du PIB helvétique pour 2012 de 1 à 1,5%.

Le KOF lui-même, il y a une semaine, a procédé de même. Les experts zurichois tablent désormais sur une hausse de 1,2%, contre +0,8 précédemment. Le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) n'est pas en reste, avec une attente de +1,4%, contre un taux de +0,8% aussi anticipé trois mois plus tôt.

ATS