Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le nombre d'Iraniens tués dans la bousculade au grand pèlerinage annuel en Arabie saoudite est monté à 226, a indiqué lundi le chef de l'organisation iranienne du hajj à l'agence officielle Irna. L'Iran a payé l'un des plus lourds tributs lors de cette catastrophe.

Le bilan des morts iraniens n'a cessé de s'alourdir depuis le drame survenu jeudi lors d'un rituel du hajj à Mina, près de La Mecque. Il a coûté la vie au total à près de 770 pèlerins de différentes nationalités et fait un millier de blessés.

Il reste 248 Iraniens portés disparus après la bousculade, a ajouté lundi Saïd Ohadi. Vingt-sept autres Iraniens blessés sont toujours hospitalisés. Une grande partie des corps des victimes iraniennes doivent être rapatriés mardi à Téhéran.

Le président iranien Hassan Rohani a décidé d'écourter son séjour à New York, où il s'exprimait lundi devant l'Assemblée générale des Nations unies. Il va participer à la cérémonie qui sera organisée en hommage à ces victimes.

Il estime que les pèlerins tués ont été "victimes de l'incompétence de ceux qui étaient en charge" de l'organisation du pèlerinage, et réclame une "enquête précise sur les causes de ce désastre".

Quelques heures après la bousculade de Mina, les plus hautes autorités d'Iran avaient accusé le royaume saoudien d'en être responsable, Ryad reprochant de son côté à Téhéran d'exploiter politiquement le drame. Le guide suprême d'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei, a exigé "des excuses" de l'Arabie saoudite à l'ensemble de la communauté musulmane.

ATS