Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Brésil a entamé la Copa America de manière mitigée. A Pasadena, la Seleçao a dû se contenter d'un 0-0 contre l'Equateur malgré une nette domination.

Vingt-deux ans après sa victoire dans la finale de la Coupe du monde 1994 contre l'Italie (0-0 ap, 3-2 tab), le Brésil a retrouvé le Rose Bowl de Pasadena sans connaître une issue aussi heureuse, ni enthousiasmer les 53'000 spectateurs.

En l'absence de Neymar, préservé en vertu d'un accord avec le FC Barcelone pour le tournoi olympique des JO 2016 de Rio, Dunga attendait beaucoup de Philippe Coutinho. Le milieu offensif de Liverpool a répondu présent, tout comme l'attaquant du Paris Saint-Germain Lucas, appelé en dernière minute après la cascade de forfaits sur blessure qui a affaibli le Brésil.

Mais l'un et l'autre ont manqué de précision dans le dernier geste alors que Felipe Luis et Willian mettaient à mal sur leurs ailes la défense équatorienne.

L'Equateur, surprenant 2e des qualifications sud-américaines pour le Mondial 2018 en Russie mais affichant une seule victoire et dix défaites lors des quatre précédentes éditions de la Copa America, répondait par de rares éclairs provenant d'Enner Valencia: l'attaquant de West Ham a ainsi mis à contribution le portier brésilien Alisson sur un coup franc de 25 m juste avant la pause.

En seconde période, le Brésil a perdu de sa superbe malgré l'entrée en jeu du grand espoir Gabriel, surnommé "Gabigol", à l'heure de jeu.

L'Equateur a mieux fini la rencontre et a même cru avoir ouvert la marque à la 69e en profitant d'une grossière erreur d'Allison qui a détourné un centre de Miller Bolanos dans son propre but. Mais l'un des assistants a estimé que le ballon était sorti du terrain, à la grande colère du banc équatorien.

"J'ai regardé la vidéo de l'action 25 fois et le ballon n'est pas sorti complètement du terrain. L'arbitre est sûr de lui alors qu'il est à 50 m de l'action et cette erreur profite à l'équipe la plus forte", a regretté le sélectionneur de l'Equateur, Gustavo Quinteros.

Le Brésil n'a plus le droit à l'erreur, surtout face à son prochain adversaire Haïti mercredi à Orlando. Haïti, pour son premier match dans une Copa America, a posé bien des problèmes au Pérou qui s'est imposé plus tôt 1-0 et a pris les commandes du groupe B.

"La Copa America est un tournoi très difficile, il faut qu'on se concentre simplement sur le prochain match", a prévenu le coach brésilien Dunga.

ATS