Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Attraction touristique très prisée, le bureau père Noël est menacé de faillite en Laponie. Le fisc finlandais ne compte plus faire de cadeau à Dianordia, entreprise qui réalise le rêve de touristes de rencontrer le père Noël en chair en os.

Des documents obtenus par l'AFP montrent que les autorités fiscales ont intenté une procédure en vue d'un dépôt de bilan, car la société cumule plus de 200'000 euros d'arriérés d'impôts, a-t-on appris jeudi auprès d'un tribunal local.

Le patron de la société, Jarmo Kariniemi, assure avoir gardé la foi. Il a encore une semaine pour convaincre le tribunal et maintenir l'emploi de son père Noël. "On va s'en occuper. On a déjà rassemblé la moitié de la somme", a-t-il déclaré.

Chaque année 300'000 touristes d'une centaine de nationalités différentes visitent Santa's Office (le bureau de père Noël) à Rovaniemi en Laponie, forts de l'idée que c'est là que vit l'homme à la hotte et à l'habit rouge.

Ledit bureau est situé dans un parc d'attractions appelé Santa Claus Village (le village du père Noël) où sont implantées plusieurs autres entreprises, qui ne sont pas touchées.

Baisse du tourisme

Le président de l'association de promotion économique de Rovaniemi, Juha Seppälä, a promis qu'aucun touriste ne souffrirait de cette péripétie. "Il est exclu que le Village se retrouve sans père Noël. Les activités continueront d'une manière ou d'une autre", a-t-il déclaré.

Selon M. Kariniemi, les difficultés financières proviennent de la baisse du tourisme en Laponie due aux "turbulences dans le monde". "D'abord il y a eu moins de touristes venus de Grèce, puis d'Espagne, d'Italie et du Portugal, et enfin de Russie", a-t-il souligné.

En décembre, à la saison haute, le nombre d'entrées en Finlande depuis la Russie avait chuté de 33% en un an, selon les douanes. Ce pays est celui qui envoie le plus de touristes en Finlande, mais ses ressortissants ont vu leur pouvoir d'achat chuter avec le cours de rouble.

ATS