Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le célèbre télévangéliste américain Billy Graham s'est prononcé jeudi, de façon indirecte mais manifeste, en faveur de Mitt Romney. Son église vient de cesser de qualifier de "secte" le mormonisme, religion du candidat républicain à la Maison Blanche.

Dans une pleine page du Wall Street Journal, Billy Graham, 93 ans, appelle à voter à la présidentielle du 6 novembre en faveur des "valeurs bibliques", de "ceux qui protègent la sainteté de la vie et la définition biblique du mariage, l'union d'un homme et d'une femme" et de ceux qui "soutiennent Israël".

L'opposition au droit à l'avortement et au mariage homosexuel et le soutien à Israël font clairement partie du programme de Mitt Romney.

"Je ferai tout ce que je peux pour vous aider"

Le candidat républicain avait rencontré le 11 octobre dernier le célèbre pasteur protestant, qui aura 94 ans au lendemain de l'élection. Au cours de l'entretien, Billy Graham avait confié au républicain, selon l'entourage du candidat: "Je ferai tout ce que je peux pour vous aider. Et vous pouvez me citer".

Quelques jours plus tard, le site Internet de la Billy Graham Evangelical Association ne qualifiait plus de "secte" le mormonisme, aux côtés des Témoins de Jéhovah ou des Scientologues.

Le service de presse de l'association a publié une déclaration de son directeur général Ken Barun affirmant que l'"objectif principal" de la BGEA "a toujours été de diffuser l'Evangile de Jésus-Christ. Nous avons retiré cette information de notre site Internet car nous ne voulons pas participer à un débat théologique sur un sujet qui s'est politisé pendant la campagne".

Foi d'Obama mise en doute

Billy Graham est l'un des prédicateurs les plus connus au monde et une des figures les plus charismatiques du protestantisme. Il a été invité à la Maison Blanche par chaque président depuis Harry Truman (président de 1945 à 1953).

Barack Obama avait rendu visite à Billy Graham en 2010, malgré des propos de Franklin Graham, fils du pasteur, qui avait publiquement mis en doute la foi chrétienne du président, avant de s'excuser.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS