Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le campement occupé depuis octobre par les manifestants anticapitalistes du mouvement "Occupy" de Washington était pratiquement démantelé samedi soir. La police est intervenue pour faire respecter le règlement interdisant de dormir sur place.

Toute la journée, la police en tenue anti-émeute a démonté des dizaines de tentes l'une après l'autre, laissant une quarantaine d'entre elles en place mais vides, tout en repoussant les protestataires à l'extérieur du square McPherson qu'ils occupent depuis maintenant quatre mois, près de la Maison Blanche.

Samedi soir, des dizaines de personnes continuaient malgré une pluie glacée à protester devant les cordons de police, renforcés par des policiers à cheval. Certains indiquaient qu'ils envisageaient d'aller dormir dans des églises voisines.

Interpellations

La police a interpellé sept personnes qui "refusaient d'obéir aux ordres" et a arrêté un huitième manifestant qui avait frappé un policier, lequel a été blessé.

Quelque cinquante policiers, dont certains à cheval, avaient pris position dès l'aube sur le square. Au fur et à mesure, les policiers ont vidé des tentes de leurs affaires de camping alors qu'ils en démontaient d'autres, emportant palettes de bois et autres cartons avec un engin de chantier.

Manifestants pacifiques

Quelque 200 manifestants les ont regardés faire tout au long de la journée, scandant des slogans mais sans opposer de résistance. Les manifestants avaient dans la matinée démonté eux-mêmes une grande "tente des rêves" érigée au milieu du campement.

"Les tentes ne sont pas un problème. Elles peuvent rester, tant qu'elles sont symboliques", a précisé un porte-parole de la police. Un autre responsable de la police a expliqué aux protestataires: "Nous ne sommes pas ici pour vous expulser" mais pour vérifier que les manifestants se conforment aux règles.

"Si le gouvernement américain faisait respecter les lois sur les banques aussi bien que le règlement sur ses parcs, nous ne serions pas ici", a commenté un manifestant.

ATS