Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Depuis la fin juillet, plus de 2500 Haïtiens ont fui les Etats-Unis pour demander l'asile au Canada. Ils sont hébergés dans des centres d'accueil à Montréal, notamment au stade olympique.

KEYSTONE/AP The Canadian Press/RYAN REMIORZ

(sda-ats)

Des soldats canadiens ont été déployés pour ériger un camp destiné à accueillir les demandeurs d'asile qui franchissent la frontière en provenance des Etats-Unis, ont annoncé mercredi les autorités. La plupart de ces immigrants sont haïtiens.

Le camp en cours de construction près du poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle, entre le Québec et les Etats-Unis, pourra accueillir jusqu'à 500 personnes dans des tentes chauffées. Il permettra aux autorités canadiennes d'examiner les demandes d'asiles.

Cette "intervention d'urgence" doit permettre répondre à la "situation précaire qui accapare une part importante des ressources" des services frontaliers, a précisé l'armée canadienne.

Une centaine de militaires devaient arriver mercredi à Saint-Bernard-de-Lacolle pour dresser des tentes et compléter les infrastructures déjà installées par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et les services de surveillance des frontières.

Migration continue

Depuis la fin juillet, plus de 2500 Haïtiens ont fui les Etats-Unis pour demander l'asile au Canada, en traversant la frontière avec le Québec, et être hébergés dans des centres d'accueil à Montréal. Une migration qui se poursuit chaque jour à un rythme régulier, selon les autorités.

Début août, la ville de Montréal a ouvert les portes de son stade olympique pour accueillir les centaines de nouveaux venus, mais celui-ci est déjà saturé et d'autres lieux d'hébergement temporaires sont progressivement ouverts, comme un ancien hôpital de Montréal.

Fausses informations

Depuis la propagation d'une fausse information, des centaines d'Haïtiens ont gagné le Québec ces derniers jours, persuadés que leur demande d'asile y serait immédiatement acceptée.

"Il y a un nombre incalculable de fausses informations qui circulent et qui disent qu'il est facile de venir au Canada", a expliqué Marjorie Villefranche, directrice de la Maison d'Haïti, un centre de soutien aux immigrés haïtiens.

Plus de 50'000 personnes touchées par le séisme qui a ravagé Haïti en 2010 vivent aux Etats-Unis grâce à un "statut de protection temporaire". Le département de la Sécurité nationale a décidé cette année de proroger ce statut jusqu'en janvier, mais des responsables américains ont prévenu en mai que ses bénéficiaires devraient se procurer des documents de voyage afin de retourner en Haïti.

ATS