Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un bain de soleil, c'est si bon, mais malheureusement potentiellement dangereux.

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Le mélanome est un cancer fréquent, mais largement sous-estimé. Les jeunes adultes sont plus à risque de moins se protéger du soleil. La Ligue contre le cancer recommande de consulter un dermatologue dès l’'apparition de changements sur la peau.

Tous les ans en Suisse, 320 patients décèdent d'un mélanome, rappelle la Ligue suisse contre le cancer dans un communiqué mardi. Et un quart des 2700 nouveaux cas de mélanome sont diagnostiqués chez des personnes de moins de 50 ans alors que pour tous les types de cancers, cette classe d'âge représente 13% des personnes atteintes.

Ces mélanomes sont la conséquence d'une trop grande exposition au soleil sans protection pendant l'enfance et l'adolescence. Ceux-ci multiplient par deux à trois le risque de développer un cancer de la peau.

Le rayonnement ultraviolet (UV) est la principale cause du mélanome. Il altère l'ADN des cellules cutanées normalement capables de résorber partiellement les dommages dus au soleil. Les cellules défectueuses peuvent toutefois rester à leur place et se transformer en mélanome au bout de plusieurs mois, années voire décennies.

Sieste à l'ombre

A l'heure de la sieste entre 11h00 et 15h00, l'ombre reste la meilleure protection. Jusqu'au mois d'août, les ultraviolets sont très intenses, surtout en milieu de journée. Les lunettes de soleil, le chapeau et les vêtements restent de rigueur.

L'utilisation systématique de crème solaire est recommandée en complément au séjour à l'ombre et au port de vêtements. Un écran solaire doit protéger aussi bien des UVA que des UVB. Mais la crème solaire ne permet en aucun cas de prolonger indéfiniment l'exposition au soleil.

Débat sur la crème solaire

Un débat fait d'ailleurs rage sur ce dernier point. Bertrand Kiefer, médecin et rédacteur en chef de la "Revue Médicale Suisse", a jeté un pavé dans la mare en affirmant que "la crème solaire ne protège pas contre le mélanome".

Ces propos ont été relayés dans différents journaux et émissions d'information comme "36,9°" sur la RTS. Selon ce spécialiste, interviewé mardi dans 24 Heures: "Récemment, une méta-analyse incluant 29 études et plus de 300'000 participants a conclu qu'il n'existe pas d'association, positive ou négative, entre les cancers de la peau et l'utilisation de crèmes, quel que soit l'indice de protection".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS