Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le canton de Schwyz devrait augmenter ses impôts et instaurer le taux unique pour renflouer ses caisses. Son gouvernement a mis en consultation lundi une révision de la loi fiscale. En parallèle, il propose une seconde variante.

Le canton de Suisse centrale dispose de l'une des fiscalités les plus basses du pays. Il accumule toutefois les déficits ces dernières années, et ce malgré une hausse de l'imposition en vigueur depuis 2015 et des mesures d'économie.

Le capital propre est en outre épuisé. Les frais courants doivent être financés via des dettes. L'exécutif, qui invoque la progression des contributions à la péréquation financière intercantonale, désire étoffer ses recettes pour rétablir la situation. Mais il ne veut pas enterrer son attractivité fiscale pour autant.

L'option de l'impôt à taux unique sur le revenu a les faveurs du gouvernement. Ce modèle procure des rentrées durables et simplifie l'ensemble du système, a argumenté l'exécutif devant les médias réunis à Schwyz. Un bonus de 170 millions de francs est espéré. Le nouveau régime devrait se substituer à l'ancien dès 2017.

Le taux serait fixé à 5,5%. Les bas salaires bénéficieraient cependant de déductions. Mais la classe moyenne assumerait une part plus élevée de la charge. S'il choisissait cette solution, Schwyz marcherait sur les traces de ses voisins Uri et Obwald.

Au-delà d'un demi-million

En parallèle, le gouvernement cantonal propose une seconde variante. Cette dernière renforcerait la progression du taux d'imposition des revenus et relèverait le taux maximal de 5,0 à 5,8% pour les revenus dès 366'400 francs, ou 696'400 francs pour les couples mariés. Les revenus imposables dès 47'000 francs, ou 89'300 francs pour les couples mariés, verraient en outre leur facture grimper.

Cette option rapporterait 161 millions supplémentaires. Ce gain se répartirait entre d'une part des recettes fiscales supplémentaires dues à l'adaptation du système (94 millions), et d'autre part une réduction de 67 millions de la part cantonale à la péréquation financière intercantonale, qui serait mise à la charge des communes et des districts.

Les deux volets prévoient de rehausser l'imposition de la fortune au-delà d'un demi-million de francs. Le taux passerait alors à 1,2 pour mille. La taxe sur les gains immobiliers subirait également des ajustements.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS