Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Conseil d'Etat vaudois propose d'investir une centaine de millions de francs dans le développement économique et touristique des Alpes vaudoises. Longtemps attendue, la décision semble recevoir l'assentiment de tous les milieux concernés y compris environnementaux.

Le montant dégagé va de plus produire "un effet de levier considérable", en particulier par rapport aux soutiens attendus de la part de la Confédération, a déclaré mercredi à Aigle (VD) le conseiller d'Etat Philippe Leuba.

A l'époque, la Communauté d'intérêt touristique des Alpes vaudoises (CITAV) avait articulé le montant de 600 millions de francs nécessaires pour son projet Alpes vaudoises 2020. Son président Jean-Marc Udriot a dit regretter amèrement que ce chiffre ait focalisé l'attention. Il est aujourd'hui impossible de comparer les deux montants, qui recoupent des réalités différentes.

Le responsable s'est dit "heureux" que la décision du gouvernement soit tombée. Ce sera "un socle pour construire" l'avenir de cette région. Le projet du Conseil d'Etat mise sur les remontées mécaniques, le renouvellement de l'hébergement, le tourisme durant les quatre saisons et une amélioration des transports publics.

Dossier sensible

Pour le chapitre le plus sensible (remontées mécaniques et enneigement), le Conseil d'Etat met sur la table 46 millions de francs. Faisant des choix, il a écarté la liaison Leysin-Villars, la montée directe au Glacier 3000 depuis les Diablerets, le prolongement du départ d'Isenau aux Diablerets ainsi que la reconstruction de la partie supérieure des Monts-Chevreuils.

Pour l'aide à l'hôtellerie de montagne, le canton de Vaud se dote "d'un nouvel outil" très novateur, selon Philippe Leuba. Il sera composé d'aides à fonds perdus de 10% et de prêts sans intérêts à 20%. Cette manne sera l'impulsion qui permettra d'obtenir des financements fédéraux et de relancer un secteur crucial.

Pas que le ski

Face au réchauffement climatique et aux évolutions sociales, le Conseil d'Etat préconise également la diversification de l'offre dans les Alpes vaudoises. "Le tout ski n'est pas l'avenir", a martelé le chef du Département de l'économie et des sports. Il a mentionné 60 millions de francs de projets pour attirer les amateurs toute l'année, qu'il s'agisse de sport, de culture ou de mise en valeur des traditions.

Dans cet esprit de développement alternatif et durable, le gouvernement vaudois veut favoriser l'accès à ces régions via les transports publics, a souligné la conseillère d'Etat Nuria Gorrite. C'est un plus pour le tourisme, mais aussi pour ses habitants, car il faut vivre et travailler dans les Alpes et ne pas les transformer en réserves.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS