Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le canton de Vaud s'oppose à la hausse prévue des taxes à l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). L'accès aux études ne doit pas être empêché par des obstacles financiers, affirme vendredi la conseillère d'Etat Anne-Catherine Lyon.

"Nous nous opposerons à cette mesure, à propos de laquelle nous comptons bien être consultés", explique vendredi dans "24 heures" la cheffe du Département de la formation et de la jeunesse. Une telle mesure serait "contraire à notre programme de législature", souligne-t-elle.

La conseillère d'Etat vaudoise esquisse les conséquences d'une éventuelle hausse des taxes. "Il est tout à fait plausible d'imaginer une augmentation des bourses" largement financées par les cantons, indique-t-elle.

"Inélégant"

"Je ne peux que qualifier d'inélégant ce report de charges qui ne dit pas son nom entre la Confédération et les cantons", ajoute Anne-Catherine Lyon. Les étudiants de l'EPFL et de l'EPPZ devraient voir leur taxe d'études doubler dès le semestre d'hiver 2015/2016, a annoncé jeudi le Conseil des EPF.

Le Conseil justifie sa décision par l'augmentation de 50% du nombre d'inscrits à Lausanne et Zurich entre 2004 et 2013. Les contributions financières de la Confédération n'ont pas suivi une courbe aussi ascendante.

Une place d'étudiant coûte de 20'000 à 40'000 francs aux EPF alors que la taxe annuelle se monte actuellement à 1160 francs, selon le Conseil des EPF.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS